• Accueil
  • > 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE

Cantobre – Aveyron

Posté par tchiotbiloute59 le 8 décembre 2018

Pour découvrir au mieux Cantobre, il faut arriver par la route de Nant ou de Trèves, et on découvre, perché, ce magnifique petit village médiéval, se fondant aux rochers. Le village est situé entre le Causse du Larzac et le Causse Noir, à la confluence de la Dourbies et du Trévezel dont il surplombe les Gorges. Son nom viendrait du celte, « Canto Briga » qui signifierait Citadelle brillante. Ses origines remontent à l’époque gauloise, puis romaine, servant de poste de guet sur les Gorges. Le village possédera ensuite deux châteaux dont il reste peu de vestiges.

Voici la vue que l’on découvre depuis la route des Gorges du Trévezel depuis Trèves :

Image hébergée par servimg.com

Et la vue que l’on découvre dans les Gorges de la Dourbies quand on arrive de Nant :

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

L’unique accès au village se fait par cette belle porte médiévale.

Image hébergée par servimg.com

De belles portes ornées de la cardabelle, la Carline à feuilles d’acanthe qui pousse naturellement sur les Causses (en voie de disparition). Elle est clouée aux portes en décoration, comme baromètre (le capitule se referme à l’approche du mauvais temps) ou comme porte-bonheur.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La rue principale du village, sous le rocher.

Image hébergée par servimg.com

L’église Saint Etienne, remaniée au XVIIeme siècle dont il reste le chevet roman.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Depuis le parvis de l’église, vue sur les Gorges de la Dourbies.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Localisation :

Nant (Aveyron – Occitanie)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Aveyron, - - Causses, - Religieux, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Rocquigny – Aisne

Posté par tchiotbiloute59 le 25 novembre 2018

Le village de Rocquigny, de 368 habitants, est situé au nord de la Thiérache de l’Aisne, entre La Capelle et Fourmies.

Au centre de la place du village, surélevée, l’église Sainte-Geneviève.

Image hébergée par servimg.com

Le kiosque à danser, unique dans le département de l’Aisne, mais très répandu dans l’Avesnois voisine qui compte 27 kiosques à danser.

Alors que les kiosques à concert divulguent la musique « savante » pour la petite bourgeoisie, le kiosque à danser est une forme plus évolué du kiosque, réservé à la pratique de la danse. Les musiciens se tenaient sur la plate-forme accessible par une trappe et les villageois dansaient autour. A partir de 1870, le fer forgé remplace le bois. On voit alors les kiosques de l’époque artisanale réalisés par un serrurier-charpentier. Ils sont d’une architecture légère, raffinée, d’allure baroque. Puis vient la période industrielle où ils sont issus de l’industrie sidérurgique. Ils sont d’une architecture robuste, massif, d’allure classique.

Image hébergée par servimg.com

Un petit chemin, à l’arrière de l’église, permet de relier le lavoir. Une passerelle passe sur l’Helpe mineure.

Image hébergée par servimg.com

Le lavoir et son oratoire en pierre bleue dédié à Sainte Geneviève et datant de 1849.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Localisation

Rocquigny (Aisne – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Thiérache, - Fontaines / lavoirs, - Kiosques, - Picardie, - Religieux | Pas de Commentaire »

La Roque-Alric – Vaucluse

Posté par tchiotbiloute59 le 23 novembre 2018

Le village pittoresque de la Roque-Alric, véritable village de crèche grandeur nature situé dans le massif des Dentelles de Montmirail. Il faut prendre la petite route sinueuse depuis Le Barroux pour découvrir l’impressionnante vue du village bâti au pied de la roque d’Alric qui le protège du mistral. Avec ses 51 habitants, le village est très paisible.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Dans les petites rues piétonnes du village.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Au sommet du village, l’église St Pierre-es-Liens est appuyée au rocher. Reconstruite au XVIIIe siècle, son origine remonte au XIIIe siècle.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Son parvis offre une superbe vue sur les Dentelles de Montmirail.

Image hébergée par servimg.com

En prenant le chemin Saint Michel, on arrive devant les murs du cimetière qui renferment la chapelle romane Saint Michel, datant du XIe siècle.

Image hébergée par servimg.com

Localisation du village

La Roque-Alric (Vaucluse – Provence-Alpes-Côte-d’Azur)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Provence, - - Vaucluse, - Religieux, - SUD DE FRANCE, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Condé-sur-l’Escaut

Posté par tchiotbiloute59 le 17 novembre 2018

Condé-sur-l’Escaut, arrosé par la Haine, petite rivière franco-belge qui donna son nom au Hainaut. Condé vient du celtique Condat(e), qui signifie « confluent » (de la Haine et de l’Escaut). La vile compte 10 000 habitants et est une ville fortifiée au riche patrimoine historique qui mériterait d’être mieux mis en valeur.

Elle possède également un riche patrimoine minier, inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. La randonnée sur ce site minier : http://tchiotbiloute59.unblog.fr/2018/11/16/autour-de-letang-de-chabaud-latour-conde-sur-lescaut/

Les remparts

Les remparts de Condé entourent encore une partie de la ville historique, au nord et à l’ouest de la ville. Leurs origines remontent au XIIe siècle, par Baudouin IV l’Édifieur, comte de Hainaut et ont été plusieurs fois remaniés : au XVIe siècle par les Espagnols, au XVIIIe siècle par Vauban, au XIXe siècle par Séré de Rivières et au XXe siècle.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La Porte Vautourneux, reconstruite en 1707, remplace une porte beaucoup plus ancienne, la porte Rombault qui faisait partie de l’enceinte médiévale du XIIe siècle. On devine encore une partie de ces remparts et une tour à proximité. C’est en escaladant cette porte Rombault que les huguenots belges entrèrent dans la ville au XVe siècle, la mettant à sac et dispersant les reliques de Saint-Wasnon. La Porte Vautourneux a, elle, une histoire un peu moins mouvementée. Située à l’une des entrées principales de la ville, elle constituait un abri pour les voyageurs de passage. Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1935.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A l’ouest de la ville, les remparts suivent les eaux du canal du Jard. L’enceinte de Vauban mérite un détour, dommage que le site ne soit pas mis en valeur et les remparts à l’abandon…

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Quai du Petit Rempart

Le Quai du Petit Rempart, arrosé par l’Haine, occupé autrefois par les péniches.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Sur le quai, je vous conseille le Chancel, bar et restaurant/estaminet familial typique du Nord avec ses bons plats régionaux, comme le potjevleesch :D

Image hébergée par servimg.com

L’Hôtel de ville de Condé-sur-l’Escaut , datant de 1774. Devant elle, la Place Delcourt est en travaux et se refait une beauté.

Image hébergée par servimg.com

La Place Verte

Au centre de la Place Verte, entouré d’arbres, se situe un très beau kiosque à musique, datant de 1881.

Image hébergée par servimg.com

A l’ouest de la place, le Château de Bailleul (1411) et à gauche l’ancien Relais de Poste (début XVIIIe) dit : « La Couronne d’Espagne / De Spaanse Kroon ».

« Ce siège d’une des deux familles seigneuriales de Condé fut construit il y a plus de 600 ans. Son apparence extérieure de château fort médiéval est frappante avec ses échauguettes. L’aile droite a été rebâtie au XVIIe siècle, avant que le château ne soit aménagé et meublé. Les immeubles qui le flanquent datent aussi de cette époque. C’est une façade à ne pas manquer lors d’une promenade dans Condé-sur-Escaut. Vous pouvez aussi visiter les étages en utilisant les deux escaliers, restés en l’état, dont un a été construit pour la visite de Louis XIV en 1691. En accédant au grenier, vous aurez une vue panoramique de Condé et des environs. A noter, chaque mois, les membres de l’association Archéolocale organisent des spectacles au château de Bailleul, en costumes d’époque. Au programme : saynètes, danses traditionnelles, musique médiévale, ateliers de filature ou d’enluminures… »

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A l’est, l’église Saint-Wasnon, construite à partir de 1751, elle est accolée à un clocher construit de 1607 à 1621. Elle est classée monument historique depuis 1978. Le clocher est construit en brique, pierre et grés. D’une hauteur de 44 mètres, il présente une charpente en forme de bulbe flanqué de quatre clochetons également à bulbe. La façade de l’église, de style classique, est construite en pierre blanche. Elle comporte deux étages érigés sur un soubassement de grès. Le portail est encadré de colonnes cannelées, en pierre de Bavay, et est décoré de bas-reliefs datés de 1856. La nef comprend douze colonnes ioniques en pierre bleue de Marbaix.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Château de Nicolas d’Avesnes

Le château de Nicolas d’Avesnes, un des 3 châteaux de la ville. Nicolas, seigneur d’Avesnes et de Condé, fit élever le château au milieu du XIIe siècle à l’emplacement de Notre-Dame de Condé sur le confluent Haine – Escaut, où les Normands s’étaient retranchés à la fin du IXe siècle. Louis XIV le transformera en arsenal.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Autour du châtelet d’entrée, cinq tours philippiennes demeurent : la tour du Dragon ; la tour Mahaut (du nom de l’épouse de Nicolas d’Avesnes, Mahaut de Namur) ; la tour Nicolas, plus grosse que les autres, posée sur le point de confluence de la Haine et l’Escaut, la tour de l’Escaut et la tour du Moulin.
Des fouilles archéologiques sont en cours et se visitent.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A côté du Château se situe le Moulin de Croÿ, ancien moulin à eau datant des années 1484 et 1514. La tour pigeonnier date de 1775. C’est aujourd’hui un très bon restaurant réputé.

Image hébergée par servimg.com

Condé-sur-l’Escaut (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Condé-sur-l'Escaut, - - HAINAUT, - Châteaux - fortifications, - Kiosques, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Autour de l’étang de Chabaud-Latour – Condé-sur-l’Escaut

Posté par tchiotbiloute59 le 16 novembre 2018

Au départ de la Base de Loisirs de Condé-sur-l’Escaut, randonnée autour de l’étang de Chabaud-Latour, sur un des 109 sites du Bassin Minier du Nord-Pas de Calais inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans le Parc Naturel Régional de Scarpe-Escaut. Une belle randonnée de 7 km (sur les 15 que j’ai fait avec le centre de Condé) en empruntant le GR 122 et en passant par le chevalement et la Grande Redoute.

La visite du centre historique de Condé : http://tchiotbiloute59.unblog.fr/2018/11/17/conde-sur-lescaut/

L’étang de Chabaud-Latour est un étang d’affaissement lié à l’exploitation minière. La nature a repris sa place, transformant ce site industriel en petit paradis naturel. Une base de loisirs permet de passer une bonne journée en famille avec des activités nautiques, des jeux de plein air, des promenades, de la pêche, de l’hébergement,…

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Terril n°195 Ledoux Nouvelle Route, culminant à 27 m d’altitude, offre une vue à presque 360° sur l’étang, la base de loisirs et la ville de Condé.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La nature a repris ses droits sur le terril. J’ai eu la chance d’y observer un chevreuil mais je n’ai pas eu le temps de le photographier :)

Image hébergée par servimg.com

Je quitte le GR 122 pour rejoindre l’ancien site minier et le chevalement du puits Ledoux n°1, inscrit aux monuments historiques depuis 1992.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La Fosse Ledoux débute sa production en 1905 avec 450 tonnes de charbon par jour. Elle est modernisée après la seconde guerre mondiale pour atteindre 2 600 tonnes par jour avec 2 700 ouvriers. Plus de 30 000 tonnes de charbon seront extraits sur une profondeur de 820 mètres. Elle fermera définitivement en 1988. Voici une vue ancienne du site minier dans les années 50.

Image hébergée par servimg.com

Passage dans les marais avec de beaux saules têtards et pour rejoindre l’autre partie du GR 122 qui ramène vers la base de loisirs.

Image hébergée par servimg.com

Le retour offre les plus belles vues sur le site, avec le chevalement et le Terril no 196, Ledoux Lavoir culminant à 74 m d’altitude.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Retour au point de départ, où le soleil fait enfin son apparition, mais trop tard, la balade est finie. Reste à profiter de la terrasse de la guinguette, au bord de l’eau et de déguster une bonne bière bien fraîche devant cette jolie vue ;)

Image hébergée par servimg.com

Condé-sur-l’Escaut (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Condé-sur-l'Escaut, - - HAINAUT, - Industrielle, - NORD-PAS DE CALAIS, - Unesco, 4. NATURE | Pas de Commentaire »

Une pétition pour sauver la Maison Falleur de Trélon

Posté par tchiotbiloute59 le 8 novembre 2018

Dans la jolie petite ville de Trélon, dans le Nord, qui compte pas moins de 3 châteaux et un patrimoine naturel remarquable, se cache une maison de maître de style art déco, de l’architecte Danis, construite pour l’industriel Alphonse Falleur, dont sa manufacture était spécialisée dans le fil pour bonneterie. Patrimoine hérité de l’épopée industrielle de la région de Fourmies, elle fût donnée à la mairie par son dernier propriétaire il y a 20 ans. Le sort s’acharna et la Maison Falleur tomba lentement en ruine, si bien que la mairie souhaite aujourd’hui la détruire…

Mais depuis peu, l’espoir renaît pour sauver cette maison : Mr Valentini a proposé de la racheter et de financer sa restauration. Sauf que la mairie s’obstine à la détruire. Une pétition a été mise en ligne pour sauver la Maison Falleur de la destruction et de permettre à Mr Valentini de l’acquérir pour procéder à sa rénovation. Vous pouvez signer la pétition ici : https://www.petitions24.net/sauvons_la_maison_falleur

Pour suivre son actualité sur Facebook : Sauvegarde maison Falleur Trélon

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

« Elle est composée d’une ossature en béton armé recouverte d’un parement en brique et d’un enduit béton décoratif dans les parties hautes. Sa façade, volontairement dissymétrique, comprend à son extrémité un avant-corps de plan convexe. En son centre, se trouve un porche hors-oeuvre surmonté d’une terrasse. Le fronton pignon incurvé de la grande lucarne, qui éclaire l’étage en surcroît, a été transformé. Au rez-de-chaussée, se trouvent les pièces de réception et la cuisine, à l’étage les chambres. A gauche en entrant, un portique à colonnes donne accès à une salle à l’italienne avec galeries courant sur trois des quatre côtés. La galerie du premier étage est agrémentée du même papier peint avec des motifs à la Hubert Robert que dans la chambre à coucher du « Bungalow », maison construite par Danis pour lui-même à Hautmont. L’architecte a dessiné les ferronneries, en particulier celles de la grille extérieure et de la rampe de l’escalier. La maison n’a pas été entretenue : en particulier, le parement de brique se détache de la façade. » Source : Base Mérimée

Publié dans - - - Trélon, - - AVESNOIS, - NORD-PAS DE CALAIS, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Septmonts

Posté par tchiotbiloute59 le 27 octobre 2018

Les environs de Soissons réservent un des plus beaux villages des Hauts-de-France : Septmonts, un village tout en pierre de 560 âmes, 14ème Village Préféré des Français en 2014 dans la célèbre émission de France 2. Visite avec LES spécialistes de la Région : Les Plus Beaux Villages des Hauts de France

Septmonts tiendrait son nom de la « Ville Éternelle ». Le pape Jean VIII aurait constaté que le village, à l’instar de Rome, était entouré de sept collines, d’où le nom de Septmonts.

En 1835, c’est Victor Hugo qui était de passage dans le village. Il écrivit à sa femme :  »A deux lieux de Soissons… dans une charmante vallée… il y a un admirable châtelet du XIVe siècle… ancienne demeure des évêques de Soissons« .

Image hébergée par servimg.com

Dans ce village, vous pourrez découvrir l’impressionnant donjon du Château de Septmonts, le Palais des Évêques, un arboretum dans le parc du Château, l’église Saint André, de belles demeures en pierre, les maisons à pas de moineaux,… vous pourrez également flâner sur la place du village pour y boire un verre ou déguster les produits locaux au pied du château.

L’incontournable : le Château de Septmonts

Le château de Septmonts, classé monument historique, est l’ancienne résidence d’été des Évêques de Soissons. Son impressionnant donjon, datant du XIVe siècle, mesure 43 mètres de haut. Il est intact contrairement aux autres parties du domaine et des bâtiments qui ont davantage souffert comme l’ancienne chapelle et la tour carrée.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Palais des Évêques est de style Renaissance. En état de ruine, il a fait l’objet d’une admirable restauration et a retrouvé tout son prestige.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

On peut encore admirer les douves du château.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Une ancienne tour d’enceinte dans le parc…

Image hébergée par servimg.com

abrite des statues inscrites aux MH à titre d’objet.

Image hébergée par servimg.com

Direction le donjon

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Visible à l’entrée du donjon, une reproduction de l’Abbaye Saint Jean des Vignes de Soissons, inscrite aux MH à titre d’objet.

Image hébergée par servimg.com

Entrons dans le donjon, remarquez la clé de voûte et l’impressionnante cheminée. La visite du donjon est libre, vous pouvez laisser une pièce pour participer à la restauration du donjon.

Image hébergée par servimg.com

A l’assaut des 150 marches du donjon, c’est l’effort qu’il faudra faire pour admirer la superbe vue sur le village et la campagne environnante.

Image hébergée par servimg.com

Visite des différentes pièces des étages.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Arrivée sur la terrasse, au sommet du donjon, avec sa vue à 360°.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Redescendons sur le plancher des vaches

Image hébergée par servimg.com

La découverte du village

A deux pas du château, la place de la Mairie avec ses beaux tilleuls palissés et l’église Saint-André.

Image hébergée par servimg.com

L’église Saint-André de Septmonts, datant du XVe siècle, de style gothique flamboyant. Son clocher possède une flèche de pierre à crochets. Elle possède une magnifique poutre de gloire polychrome, sculptée de médaillons représentant les douze apôtres. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis 1933.

Image hébergée par servimg.com

Malheureusement la porte était fermée…

Image hébergée par servimg.com

L’ancienne pompe à incendie, sur la place.

Image hébergée par servimg.com

Les jolies demeures du village où il fait bon flâner.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

<— Et pour continuer ou affiner votre visite sur mon blog, vous pouvez choisir une catégorie ici à gauche

Septmonts (Aisne – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Aisne, - Châteaux - fortifications, - Picardie, - Religieux | Pas de Commentaire »

Noyant-et-Aconin

Posté par tchiotbiloute59 le 26 octobre 2018

Noyant-et-Aconin, près de Soissons, et son église Notre-Dame, du XIIIe siècle, classée aux MH. Depuis l’église, une belle vue de la campagne s’offre à nous.

Image hébergée par servimg.com

<— Et pour continuer ou affiner votre visite sur mon blog, vous pouvez choisir une catégorie ici à gauche

Noyant-et-Aconin (Aisne – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Aisne, - Picardie, - Religieux | Pas de Commentaire »

Eglise Saint Pierre Saint Paul – Maubeuge

Posté par tchiotbiloute59 le 22 octobre 2018

Malgré ce que l’on peut penser, Maubeuge compte un riche patrimoine historique, dont 7 sont inscrits et classés. C’est d’ailleurs la commune de l’Avesnois qui en compte le plus. Parmi ces monuments historiques se trouve l’église Saint Pierre Saint Paul, oeuvre des architectes André Lurçat et Henri Lafitte, consacrée en 1958. Il s’agit de la sixième église de Maubeuge depuis le VIIème siècle.

Image hébergée par servimg.com

Elle remplace l’église Saint Pierre, qui était située sur la Place d’Armes, et qui fût abîmée par les bombes incendiaires allemandes en 1940. Inscrite aux MH en 1943, elle sera totalement détruite par les bombardements de 1944.
« Cinq églises se sont succédé entre le 7e siècle et 1940. L’édifice précédant celui étudié ici avait été construit après 1815, dans un style néo-classique et était situé sur la place d’Armes, devenue avenue Mabuse. Cet édifice fut endommagé pendant la Première Guerre mondiale. Un projet de reconstruction en brique (non conservé) semble avoir été proposé par l’architecte Henri Lafitte, mais n’a pas été adopté. L’église, inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en juin 1943, a été bombardée en 1944. » Source : Base Mérimée.

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

L’église actuelle, située sur le point le plus haut de la ville, est construite dans un style moderne, avec l’utilisation du béton. Son clocher-carillon de 43 m de haut, construit en béton armé et brique de verre, contient un carillon de 28 cloches qui résonne jusque dans les remparts de Vauban. L’église fut en rénovation pendant de nombreuses années et vient de rouvrir.

« En 1945, André Lurçat est nommé architecte et urbaniste en chef de la reconstruction de Maubeuge. La ville sera un exemple de formalisation des théories de l’urbanisme moderne : claire, verte, ensoleillée et aérée.En 1949, André Lurçat est désigné pour reconstruire l’église. Il conçoit un édifice entièrement en béton, couvert d’une terrasse, élevé entre 1955 et 1958. Les poteaux porteurs séparent les trois vaisseaux de la nef et forment un arc de cercle entre le choeur et le déambulatoire. Deux chapelles latérales occupent les bras du transept. Les mosaïques sont l’oeuvre de Jean et Catherine Lurçat, le mobilier des autels est sculpté par Félix Roulin et les vitraux sont dus à Bernard Pelletier. André Lurçat réalise trois créations avec le financement pour les dommages de guerre : avenue Mabuse, le mail de Sambre et l’église Saint-Pierre-Saint-Paul qui se situe dans la partie nord, la plus haute de la ville. » Source : Base Mérimée.

Image hébergée par servimg.com

L’entrée de l’église. Admirez la mosaïque réalisée en émaux de Murano par Schmidt-Chevallier, d’après les cartons du tapissier Jean Lurçat, frère de l’architecte. Une merveille !

Image hébergée par servimg.com

L’intérieur est à l’image de l’architecture moderne : claire, sobre et épurée.

Image hébergée par servimg.com

Dans le choeur, l’orgue de style néoclassique du facteur d’orgues roubaisien Bernard Cogez, datant de 1993.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statues et le chemin de croix réalisé par Livio Korn, peintre, en 1994.

Image hébergée par servimg.com

Une des deux chapelles latérales.

Image hébergée par servimg.com

Les vitraux, en dalles de verre, sont de Bernard Pelletier.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

<— Et pour continuer ou affiner votre visite sur mon blog, vous pouvez choisir une catégorie ici à gauche

Maubeuge (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Maubeuge, - - AVESNOIS, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Bancigny – Aisne

Posté par tchiotbiloute59 le 20 octobre 2018

Visite du petit village de Bancigny, dans l’Aisne, en plein coeur de la Thiérache, construit sur les hauteurs d’un vallon bien vert. C’est le plus petit village de Thiérache, avec 26 habitants.

Son église fortifiée, avec ses tours dissymétriques, fait écho à l’impressionnante église fortifiée de Plomion que l’on aperçoit à l’horizon et que je vous ferai découvrir prochainement ici et que j’ai commencé à publier sur ma nouvelle page Facebook : Paysages de Thiérache

Bancigny est également situé à proximité à quelques kilomètres de l’église de Jeantes, ce qui permet de programmer une sympathique visite de 3 églises fortifiées sur seulement 3 kms !

Au centre de la place du village, entourée de verdure, l’église Saint-Nicolas est une église fortifiée du XVIe siècle et elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1932.

« Eglise de dimensions modestes, construites moitié en pierre blanche et moitié en brique. Le portail est encadré de deux tours rondes, courtes et massives, dont les soubassements sont en pierre. L’église possède des fonts baptismaux en pierre du 12e siècle et un groupe sculpté formant calvaire en bois polychrome du 16e siècle. Une campagne de restauration a eu lieu en 1992. Des vitraux, oeuvre de Jéroen Dykhuizen, ont été posés en 1992. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Poussons cette belle porte massive et entrons dans l’église.

Image hébergée par servimg.com

L’intérieur est simple, sobre, avec ses belles poutres apparentes.

Image hébergée par servimg.com

Le trésor de l’église ce sont les fonts baptismaux romans qui remontent au XIIème siècle et qui sont classés MH depuis 1911. « Fonts baptismaux avec couvercle en bois. Cuve quadrangulaire supportée par un fût monocylindrique, flanqué de 4 colonnettes. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

L’église comporte de superbes vitraux colorés.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Sortons de l’église, une jolie statuette est à observer sur la tour le long de la route.

Image hébergée par servimg.com

Face à l’église, dans le bas de la place, le pigeonnier-porche est le 2ème monument à observer dans le village.
« La ferme a été construite au 18e siècle. Les murs extérieurs du logis à l’origine en pan de bois et torchis ont été refaits en brique vers 1910.
Le pigeonnier-porche est intégré au mur de clôture en calcaire, grès, brique et silex. Le pigeonnier de plan rectangulaire est en pan de bois recouvert d’un essentage d’ardoise. Il est coiffé d’un toit en pavillon. » Source : Base Mérimée.

Image hébergée par servimg.com

<— Et pour continuer ou affiner votre visite sur mon blog, vous pouvez choisir une catégorie ici à gauche

Bancigny (Aisne – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Thiérache, - Picardie, - Religieux, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

12345...133
 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne