• Photo du mois !

  • COPYRIGHT ©

    Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations

  • Image hébergée par servimg.com
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne




  • Article France 3 Nord Pas de Calais

  • Calendrier

    décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • p'tit sondage :)

    Vous venez une fois par ...

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Fils RSS

  • Actualité Twitter

  • Instagram

    • Instagram Image
    • Instagram Image
    • Instagram Image
    • Instagram Image
    • Instagram Image

    Suivez-moi sur Instagram

Vallée du Marbre – Hon-Hergies

Posté par tchiotbiloute59 le 3 décembre 2017

Vantellerie sur l’Hogneau à Hon-Hergies, dans la rue de la Marne, qui sera une fonderie, un moulin à farine, puis une marbrerie.

« Composée de trois arches en brique et d’un déversoir en pierre, la vantellerie seule, atteste de la vocation industrielle du site. Le moulin était relié par une voie Decauville à la carrière proche. Un embranchement permettait aux chariots de descendre dans la carrière. Un treuil, sans marque et toujours en place, permettait la manouvre. Un moteur thermique fournissait le mouvement. A la sortie de la carrière, aujourd’hui inondée, le chariot traversait le chemin rural et empruntait un pont métallique sur le ruisseau. En 1783, Michel Dussart, maître de forge à Hon-Hergies depuis 1748 ne pouvant faire face aux besoins du Hainaut, du Cambresis, de la Flandre française, de la Picardie et de établit une seconde platinerie à Bettrechies, près de Bavay. En 1834 l’usine est exploitée par Alexandre Bertrand. Détruit en 1881, il est remplacé par une scierie de marbre établie par M. Blondeau Dieudonné. Celui-ci exploite des carrières dans les environs et notamment une, située quelques dizaines de mètres en amont de l’usine. La marbrerie est agrandie en 1886 et 1903. Elle est revendue vers 1914 à la Société Anonymes des Carrières de Hon-Hergies. Devant le déclin de la cheminée classique, la marbrerie oriente sa production vers le marbre d’ameublement. Cette activité perdure jusque dans les années 1940. La scierie de marbre est aujourd’hui entièrement détruite à l’exception de la vantellerie, de la carrière, d’un bâtiment (de recette ?) et d’un treuil. La carrière de noir français fut reprise par la marbrerie Vital-Evrard, de Bellignies qui l’exploite jusque dans les années soixante-dix. » Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

L’ancienne carrière Dieudonné-Blondeau, de marbre noir français, aujourd’hui inondée, à proximité des vannes sur l’Hogneau. (site privé visible depuis la route).

Image hébergée par servimg.com

Ancien treuil de la carrière Dieudonné-Blondeau qui permettait aux chariots de descendre dans la carrière.

Image hébergée par servimg.com

La Marbrerie Walqueman perpétue la tradition du travail de la pierre bleue et du marbre, installée au bord de l’Hogneau depuis 1930, à l’emplacement d’un ancien moulin. Plus d’informations : http://www.walqueman-marbrerie.fr/

« Le moulin était situé à l’extrémité d’un vaste réservoir en tête duquel se trouvait le barrage de retenue, composé de trois vannes. Deux massifs de machine, en pierre, sont encore visibles à l’emplacement du moulin. Le logement, construit le long de la rivière et à côté de la vantellerie est en brique avec un soubassement en pierre duquel débouche le canal de fuite du bief. Le toit, à longs pans est couvert de tuile flamande mécanique. Le mécanisme des 2 vannes est soutenu par une structure métallique servant de passerelle. Les ateliers de fabrication sont composé d’une structure en brique sur laquelle repose une ferme couverte pour les parties verticales de tôles métallique. Le toit à deux pans à faible pente est couvert de ciment amiante. » Source : Base Mérimée.

Image hébergée par servimg.com

Hon-Hergies (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Hon-Hergies, - Industrielle | Pas de Commentaire »

Aulnoye-Aymeries

Posté par tchiotbiloute59 le 8 août 2017

L’Hôtel de Ville d’Aulnoye-Aymeries, datant de 1927, des architectes Joseph Ségers et Albert Rouzé, un bel exemple de l’architecture art déco ! Il possède un petit beffroi.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le (faux) fort d’Aulnoye, four à chaux de l’ancienne cimenterie aux allures médiévales

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

L’église Saint-Martin, construite en 1908 par les paroissiens. Un temps transformé en salle des fêtes, elle redevient église suite à la destruction de l’église du Sacré Coeur. Restaurée en 2006, elle est désormais coiffée d’un clocher contemporain.

Image hébergée par servimg.com

L’église du Sacré-Coeur (1937), détruite dans les années 80… « C’était une grande église à plan en croix latine, mesurant 52 m de long sur 22, 50 m de large avec tour-lanterne de forme octogonale à la croisée, qui s’élevait à 18 m de haut. Les murs étaient en brique, les voûtes de la croisée en béton armé, les linteaux, clés et couronnements extérieurs en pierre reconstituée. L’utilisation de la voûte en arc de mitre émoussé a été reprise dans l’église paroissiale Saint-Saulve de Leval construite par le même architecte en 1958. Les vitraux sont composés de motifs géométriques aux couleurs primaires (rouge et bleu) et rappellent le travail du peintre Félix Del Marle. » Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

La Croix du Chemin du Noir Dieu, datant de 1822, sur l’ancienne frontière entre Aulnoye et Aymeries.

Image hébergée par servimg.com

Aulnoye-Aymeries (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Aulnoye-Aymeries, - - AVESNOIS, - Beffrois, - Industrielle, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux | Pas de Commentaire »

Mines de Bruoux

Posté par tchiotbiloute59 le 16 juillet 2017

Dépaysement total dans les Mines de Bruoux, anciennes mines d’ocres dont on peux visiter les galeries. Les photos sont interdites à l’intérieur mais vous pouvez voir les galeries sur ce site : minesdebruoux.fr

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Gargas (Vaucluse – Provence-Alpes-Côte-d’Azur )

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Provence, - - Vaucluse, - Industrielle, - SUD DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Musée de la Faïence et de la Poterie – Ferrière-la-Petite

Posté par tchiotbiloute59 le 5 octobre 2016

Installé dans l’ancienne poterie Lambert, le Musée de la Faïence et de la Poterie de Ferrière la Petite a conservé son monumental four-bouteille à flamme renversée de 30 m3, classé aux monuments historiques (il n’en reste que 2 en France). Les grès bleus décoratifs du XVIIIème siècle, les grès bruns utilitaires et les faïences fines du XIXème siècle y sont exposés. Un atelier de production artisanale perpétue la technique du grès bleu salé, unique dans toute la région, et organise des stages de création. La poterie est ouverte tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h sauf le Lundi ( jour de fermeture ) Week-end et jours fériés de 15h à 18h. Plus d’informations : http://poterie.flp.free.fr/index.html

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

L’intérieur du four, classé aux Monuments Historiques depuis 1984. « Datant des années 1890-1891, ce four bouteille fut construit avec l’usine Lambert, née du regroupement de l’activité potière locale jusqu’alors éclatée en plusieurs ateliers. La technique du grès avait été introduite à Ferrière en 1718 par Gilles Gibon, originaire de Bouffioulx en Belgique. Les grès bleus de Ferrière, à dessins émaillés, consistaient en pots à bière, pots à eau ou assiettes à l’usage des métairies environnantes. Le four bouteille, d’un modèle maintenant très rare, occupe une simple maison en brique, sous un toit de tuiles flamandes ; cerclé de fer, il compte dix alandiers (foyers) qui étaient alimentés au charbon. La cuisson était à flamme renversée. Son diamètre extérieur est de 6, 30 mètres, le diamètre intérieur de 4 mètres, la hauteur de cheminée est de 10 mètres. Des trous de salure, sur la partie supérieure, permettaient d’obtenir le vernissage pendant la cuisson. Il a été arrêté en 1957. »

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La cheminée du four

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Les faïences de Ferrière-la-Petite

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le jardin du Musée

Image hébergée par servimg.com

Dragon sur la toiture

Image hébergée par servimg.com

Ferrière-la-Petite (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Ferrière-la-Petite, - - AVESNOIS, - Industrielle, - NORD-PAS DE CALAIS, 3. ARCHITECTURE | Pas de Commentaire »

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne