Condé-sur-l’Escaut

Posté par tchiotbiloute59 le 17 novembre 2018

Condé-sur-l’Escaut, arrosé par la Haine, petite rivière franco-belge qui donna son nom au Hainaut. Condé vient du celtique Condat(e), qui signifie « confluent » (de la Haine et de l’Escaut). La vile compte 10 000 habitants et est une ville fortifiée au riche patrimoine historique qui mériterait d’être mieux mis en valeur.

Elle possède également un riche patrimoine minier, inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. La randonnée sur ce site minier : http://tchiotbiloute59.unblog.fr/2018/11/16/autour-de-letang-de-chabaud-latour-conde-sur-lescaut/

Les remparts

Les remparts de Condé entourent encore une partie de la ville historique, au nord et à l’ouest de la ville. Leurs origines remontent au XIIe siècle, par Baudouin IV l’Édifieur, comte de Hainaut et ont été plusieurs fois remaniés : au XVIe siècle par les Espagnols, au XVIIIe siècle par Vauban, au XIXe siècle par Séré de Rivières et au XXe siècle.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

La Porte Vautourneux, reconstruite en 1707, remplace une porte beaucoup plus ancienne, la porte Rombault qui faisait partie de l’enceinte médiévale du XIIe siècle. On devine encore une partie de ces remparts et une tour à proximité. C’est en escaladant cette porte Rombault que les huguenots belges entrèrent dans la ville au XVe siècle, la mettant à sac et dispersant les reliques de Saint-Wasnon. La Porte Vautourneux a, elle, une histoire un peu moins mouvementée. Située à l’une des entrées principales de la ville, elle constituait un abri pour les voyageurs de passage. Elle est classée aux Monuments historiques depuis 1935.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A l’ouest de la ville, les remparts suivent les eaux du canal du Jard. L’enceinte de Vauban mérite un détour, dommage que le site ne soit pas mis en valeur et les remparts à l’abandon…

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Quai du Petit Rempart

Le Quai du Petit Rempart, arrosé par l’Haine, occupé autrefois par les péniches.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Sur le quai, je vous conseille le Chancel, bar et restaurant/estaminet familial typique du Nord avec ses bons plats régionaux, comme le potjevleesch :D

Image hébergée par servimg.com

L’Hôtel de ville de Condé-sur-l’Escaut , datant de 1774. Devant elle, la Place Delcourt est en travaux et se refait une beauté.

Image hébergée par servimg.com

La Place Verte

Au centre de la Place Verte, entouré d’arbres, se situe un très beau kiosque à musique, datant de 1881.

Image hébergée par servimg.com

A l’ouest de la place, le Château de Bailleul (1411) et à gauche l’ancien Relais de Poste (début XVIIIe) dit : « La Couronne d’Espagne / De Spaanse Kroon ».

« Ce siège d’une des deux familles seigneuriales de Condé fut construit il y a plus de 600 ans. Son apparence extérieure de château fort médiéval est frappante avec ses échauguettes. L’aile droite a été rebâtie au XVIIe siècle, avant que le château ne soit aménagé et meublé. Les immeubles qui le flanquent datent aussi de cette époque. C’est une façade à ne pas manquer lors d’une promenade dans Condé-sur-Escaut. Vous pouvez aussi visiter les étages en utilisant les deux escaliers, restés en l’état, dont un a été construit pour la visite de Louis XIV en 1691. En accédant au grenier, vous aurez une vue panoramique de Condé et des environs. A noter, chaque mois, les membres de l’association Archéolocale organisent des spectacles au château de Bailleul, en costumes d’époque. Au programme : saynètes, danses traditionnelles, musique médiévale, ateliers de filature ou d’enluminures… »

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A l’est, l’église Saint-Wasnon, construite à partir de 1751, elle est accolée à un clocher construit de 1607 à 1621. Elle est classée monument historique depuis 1978. Le clocher est construit en brique, pierre et grés. D’une hauteur de 44 mètres, il présente une charpente en forme de bulbe flanqué de quatre clochetons également à bulbe. La façade de l’église, de style classique, est construite en pierre blanche. Elle comporte deux étages érigés sur un soubassement de grès. Le portail est encadré de colonnes cannelées, en pierre de Bavay, et est décoré de bas-reliefs datés de 1856. La nef comprend douze colonnes ioniques en pierre bleue de Marbaix.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Le Château de Nicolas d’Avesnes

Le château de Nicolas d’Avesnes, un des 3 châteaux de la ville. Nicolas, seigneur d’Avesnes et de Condé, fit élever le château au milieu du XIIe siècle à l’emplacement de Notre-Dame de Condé sur le confluent Haine – Escaut, où les Normands s’étaient retranchés à la fin du IXe siècle. Louis XIV le transformera en arsenal.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Autour du châtelet d’entrée, cinq tours philippiennes demeurent : la tour du Dragon ; la tour Mahaut (du nom de l’épouse de Nicolas d’Avesnes, Mahaut de Namur) ; la tour Nicolas, plus grosse que les autres, posée sur le point de confluence de la Haine et l’Escaut, la tour de l’Escaut et la tour du Moulin.
Des fouilles archéologiques sont en cours et se visitent.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

A côté du Château se situe le Moulin de Croÿ, ancien moulin à eau datant des années 1484 et 1514. La tour pigeonnier date de 1775. C’est aujourd’hui un très bon restaurant réputé.

Image hébergée par servimg.com

Condé-sur-l’Escaut (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Condé-sur-l'Escaut, - - HAINAUT, - Châteaux - fortifications, - Kiosques, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Moulin de Warpont – Boulogne-sur-Helpe

Posté par tchiotbiloute59 le 22 septembre 2018

Le Moulin de Warpont à Boulogne-sur-Helpe, moulin à eau sur l’Helpe mineure dont la construction remonte au XVIème siècle !

Image hébergée par servimg.com

Il avait la particularité de posséder une ventellerie en pierre bleue crochetée (crochets en acier plombé), une des rares de l’Avesnois. Elle est aujourd’hui détruite… merci l’Europe !

Image hébergée par servimg.com

Boulogne-sur-Helpe (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Boulogne/Helpe, - - AVESNOIS, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS | Pas de Commentaire »

Moulin – Floursies

Posté par tchiotbiloute59 le 6 juillet 2018

L’ancien moulin de Floursies, sur la Tarsies, à moins d’1 km de la source (Fontaine Saint-Eloi). Il a été construit au XVIème siècle et servait de forge. Il est transformé en moulin à farine au XIXème siècle.

« Dans leur livre Moulin en Avesnois, Claude Lompret et Jérôme Chrétien datent ce moulin du XVIème siècle. Selon eux il est fort possible qu’à l’origine il ait été une forge, vu ses dimensions et surtout l’ancien nom du lieu : La Forgette. Les forges hydrauliques étaient souvent de faibles dimensions, et le moulin de Floursies est l’un des plus petits de l’arrondissement (7 mètres sur 10). De plus, au XVIème, siècle les habitants de Floursies devaient moudre leur grain au moulin banal de Saint-Aubin, ce qui renforce la thèse d’une ancienne forge.
La roue à augets en fonte aciérée, que l’on peut encore observer, date du XIXème siècle. C’est à cette époque que la forge aurait été transformée en moulin à farine.
D’après les actuels propriétaires, le moulin aurait fonctionné jusqu’en 1962. Aujourd’hui, la roue, plutôt dégradée, est le seul vestige de l’ensemble du mécanisme qui faisait tourner les meules. Quant au bief qui occupait environ 10 ares, quelques arbres en indiquent encore les contours, mais il s’est envasé et n’est plus en eau, même si le ruisseau de la Fontaine Saint-Eloi y circule toujours.
Entre les cadastres établis en 1813 et 1868, l’emprise générale du moulin est restée la même. Entre ces dates, les contours du bief sont devenus plus rectilignes, tout comme ceux du carrefour, ce qui est sans doute lié à la nécessité de stabiliser la route. Sur les cadastres semble être dessiné un canal de vidange du bief. La roue n’est pas représentée en 1813. En 1869 un nouveau bâtiment abritant des écuries apparaît en face du moulin ; il est agrandi sur le cadastre de 1933, formant aujourd’hui une maison.

Le bâtiment, de forme irrégulière, semble avoir été remanié ou construit en plusieurs fois. Un badigeon couvre les matériaux et rend difficile toute interprétation de son évolution. La partie en eau du bief devait venir très près de la façade, à environ 2 mètres. Il devait avoir une profondeur comprise entre 1, 5 et 2 mètres. La vanne qui alimentait la roue par le haut est doublée par la vanne de décharge. La chute fait près de trois mètres de haut. D’après des documents d’archive datant de 1829 il y aurait eu à cette époque deux roues successives. La couverture, côté bief, est en demi-croupe. Un petit bâtiment est accolé à l’arrière du moulin. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Floursies (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Floursies, - - AVESNOIS, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS | 1 Commentaire »

Moulin Tissot

Posté par tchiotbiloute59 le 12 avril 2018

Soleil de Provence… Le Moulin Tissot, un des 4 moulins du village, près du moulin d’Alphonse Daudet. Daudet avait projeté d’acheter ce moulin où il venait fréquemment. Il arrêtera de tourner en 1905, il a été restauré en 2016.

Image hébergée par servimg.com

Fontvieille (Bouches-du-Rhône – Provence-Alpes-Côte d’Azur)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Bouches-du-Rhône, - - Provence, - Moulins, - SUD DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Moulin d’Alphonse Daudet

Posté par tchiotbiloute59 le 3 avril 2018

Le moulin d’Alphonse Daudet (moulin Saint-Pierre), construit en 1814. Contrairement à la légende locale, Daudet ne l’a jamais habité, même s’il a écrit sur ce bâtiment : « Une ruine ce moulin ; un débris croulant de pierres et de vieilles planches, qu’on n’avait pas mis au vent depuis des années et qui gisait, inutile comme un poète, alors que tout autour sur la côte la meunerie prospérait et virait à toutes ailes. »

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

« Quelqu’un de très étonné aussi, en me voyant, c’est le locataire du premier, un vieux hibou sinistre, à tête de penseur, qui habite le moulin depuis plus de vingt ans. Je l’ai trouvé dans la chambre du haut, immobile et droit sur l’arbre de couche, au milieu des plâtras, des tuiles tombées. Il m’a regardé un moment avec son œil rond ; puis, tout effaré de ne pas me reconnaître, il s’est mis à faire : « Hou ! hou ! » et à secouer péniblement ses ailes grises de poussière ; — ces diables de penseurs ! ça ne se brosse jamais… N’importe ! tel qu’il est, avec ses yeux clignotants et sa mine renfrognée, ce locataire silencieux me plaît encore mieux qu’un autre, et je me suis empressé de lui renouveler son bail. Il garde comme dans le passé tout le haut du moulin avec une entrée par le toit ; moi je me réserve la pièce du bas, une petite pièce blanchie à la chaux, basse et voûtée comme un réfectoire de couvent. » Lettres de mon moulin – Alphonse Daudet

Image hébergée par servimg.com

Fontvieille (Bouches-du-Rhône – Provence-Alpes-Côte d’Azur)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Bouches-du-Rhône, - - Provence, - Moulins, - SUD DE FRANCE | Pas de Commentaire »

La Minoterie – Obrechies

Posté par tchiotbiloute59 le 5 mars 2018

La Minoterie d’Obrechies, ancien moulin à eau alimenté par la Solre. Remontant au XIIème siècle, il sera reconstruit plusieurs fois à la suite des invasions françaises et autrichiennes. Il sera transformé en meunerie industrielle (minoterie).

Image hébergée par servimg.com

« Le moulin fut annexé à la vieille ferme Saint-Denis. La première pierre fut posée en I530 par Jean Dorimont, abbé de Saint-Denis.
Composé de deux meules, l’une pour la farine, l’autre pour « secaussir les espeaultes », il était banal pour tous les habitants d’Obrechies. Le meunier y percevait pour droit de mouture une boite sur mesure (appelée rasière) qui en contenait dix-huit.
En I553, on adjoignit au moulin un corps de bâtiment. Nous trouvons dans les comptes de Martin Buisseret, receveur de l’abbaye, qu’il paya « XXX livres tournois à Adrien Higneaut dit le Gros, pour reste des triques par Luy Livret au moulin d’Obrechies le XIII juin I553. »
On y adjoignit, comme terres labourables, III royages faisant ensemble « cinque bonniers et demy » et environ II journelz de prés.
Faisant le coin de Gréau et du Fayt, et limités de l’autre côté par le ruisseau du Gard, se trouvaient un jardin et une pâture clos de haies vives contenant environ cinq quarterons.
En I557, sous l’abbatiat de Dom Rollier, Martin Buisseret acheta ce terrain pour XVI livres tournois afin de le joindre aux propriétés du moulin.
En I578 il se rendit acquéreur de deux quarterons de jardin touchant au précédant terroir. Mais comme ces terrains étaient éloignés du moulin, en I578 il fit échange et obtint les prés de la vallée : le petit Wige, le Wareschais, ect…
En I598, ce moulin fut saccagé par le passage de bandes armées. Mais vers I620, le prince de Chimay fit bâtir un moulin à Choisies. La concurrence de celui-ci et les ravages occasionnés par les français en I637 achevèrent sa ruine complète. Dévasté de fond en comble, ayant perdu ses meubles qui furent transportées à Solre-le-Château, il ne se releva que longtemps après, lorsque la population revint au village, en I645. » Source : http://www.obrechies.fr/

Image hébergée par servimg.com

Ferme datant de 1780, à côté de l’ancien moulin à eau

Image hébergée par servimg.com

Obrechies (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Obrechies, - Moulins, 3. ARCHITECTURE ET PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Ventellerie – Houdain-lez-Bavay

Posté par tchiotbiloute59 le 29 janvier 2018

Les vannes sur l’Hogneau, à Houdain-lez-Bavay dans la Vallée du Marbre, datant du XIXème siècle, vestige d’une ancienne marbrerie, le village en comportait 3.

Image hébergée par servimg.com

Houdain-lez-Bavay (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Houdain-lez-Bavay, - - AVESNOIS, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS | Pas de Commentaire »

Le Moulin Beauvois – Hon-Hergies

Posté par tchiotbiloute59 le 27 janvier 2018

Le Moulin Beauvois de Hon-Hergies , ancien moulin à farine à Hon, alimenté autrefois par l’Hogneau via un canal.

« Ce moulin, désaffecté, a été fortement remanié. Le bief, le déversoir, les roues ont disparu. Les murs sont en moellon dans les parties anciennes. Les baies d’origine, situées au rez-de-chaussée et dont on peut voir l’encadrement en pierre de taille, ont été murées. Deux nouvelles baies, encadrées de briques, indiquent une modification des niveaux intérieurs. Le pignon, en brique dans sa partie haute, a été remonté à une date inconnue, probablement avant la fermeture du moulin, comme l’atteste le monte-sac, toujours en place. Seules les vannes sont en bon état.
Selon l’historien André Havez, ce moulin à farine existe en 1789. Il est vendu comme Bien National à Pierre et Noël Beauvois en l’An 4 (1797). Toutefois M Godde (locataire ?) demande, et obtient, la réglementation de ce moulin en 1811. En 1823, il appartient à Mme Vve Beauvois, puis en 1862 à M. Bertrand. Ce dernier sollicite, en 1886, l’ajout d’une vanne à la vantellerie de son moulin. Un en-tête de 1900 atteste la propriété du moulin à farine à M. Devos-Bertrand. André Havez affirme qu’un moteur électrique en actionne les meules de 1940 à 1957, date de cessation d’activité et que la roue en dessus est démontée en 1950.  Les plans de 1833 et de 1886 atteste la présence de deux roues hydrauliques. La roue amont est alimentée par le dessus. La roue aval, plus large est alimentée par en dessous. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Hon-Hergies (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Hon-Hergies, - - AVESNOIS, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS | Pas de Commentaire »

Cartignies

Posté par tchiotbiloute59 le 2 janvier 2018

Le moulin de Cartignies, construit en 1695, ancienne propriété de l’Abbaye de Liessies. A partir de 1919, il produira de l’électricité pour le village. Une belle villa de style art-déco (XXème siècle) surplombe le moulin.

Image hébergée par servimg.com

Cartignies (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Cartignies, - - AVESNOIS, - Moulins, - NORD-PAS DE CALAIS | Pas de Commentaire »

Martigues

Posté par tchiotbiloute59 le 25 novembre 2017

Martigues, la Venise provençale

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Moulin à vent sur les hauteurs de Martigues, devant l’Étang de Berre

Image hébergée par servimg.com

Martigues (Bouches-du-Rhône – Provence-Alpes-Côte d’Azur)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Bouches-du-Rhône, - - Côte Bleue, - Moulins, - Religieux | Pas de Commentaire »

12345...14
 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne