Anor.

  • Entité paysagère : Fagne de Trélon / Massif Ardennais
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 3 366 hab.
  • Altitude : min : 200 m – max : 271 m
  • A voir : Église Saint-Nicolas, chapelle Saint-Gorgon, 62 chapelles, calvaires et oratoires, l’Etang de la Galoperie, l’Etang de Milourd, l’Etang de la Lobiette, l’Etang de la Neuve-Forge, cascade de la Neuve-Forge, cascade de la Galoperie, le site du Maka, l’Oise, Bois de la Haie d’Anor,…
  • Particularités : Record de France du nombre de chapelles, point culminant du Nord-Pas de Calais, 2ème point culminant des Hauts-de-France, unique commune du Nord-Pas de Calais faisant parti du Bassin Parisien, commune la plus au sud du Nord-Pas de Calais, commune la plus éloignée de Dunkerque (202 km), unique commune du Nord-Pas de Calais sous le 50ème parallèle Nord,…

« En 1866 le Bulletin de la Société historique du Nord signale à Anor les vestiges d’une voie romaine mais sans localisation précise et au début du XXe siècle, l’abbé Villers cite la présence de vestiges antiques sur la commune mais toujours sans plus de précisions. Au Moyen Age, le village possède une franchise communale accordée par son seigneur, Jacques d’Avesnes, franchise qui a perduré jusqu’à la Révolution. Un château de plan rectangulaire est élevé par Nicolas d’Avesnes au XIIe siècle ; il est démantelé en 1554. Lui succède au XVIe siècle une forteresse bâtie à l’initiative des habitants mais disparue sans doute dès le XVIIe siècle. La vallée de l’Oise est également protégée par deux autres forteresses, la Lobiette et la Neuve-Forge, qui défendent la frontière et les forges. Datant du XIVe siècle, elles sont démantelées à la fin du XVIIe siècle par les troupes de Louis XIV. L’énergie hydraulique utilisée par les moulins autour des étangs (étangs Milourd, le Maka, le Pas-Bayard, le Blangy) près d’Anor permet sous l’Ancien Régime de créer de petites industries métallurgiques. Elles utilisent les gisements de minerai de fer situés à Féron, Glageon, Ohain. De véritables dynasties de maîtres de forge, comme les Polschet ou les Despret, prospèrent. Le fer n’étant pas de grande qualité était utilisé pour la confection de plaques de cheminée (ou taques) , de clous et d’autres menues pièces en fer. Les forges eurent leur plus grande période d’activité au 18e siècle. On peut dénombrer cinq sites de forges sur la commune : – la Forge du Village dite la  » Vieille Forge « , la plus ancienne, appartenant jusqu’en 1440 aux princes de Chimay. – la Galoperie : elle est en activité à partir de 1564, mais se trouve ruinée rapidement par les guerres entre 1586 et 1598. Elle est remplacée par un haut fourneau au début du XVIIe siècle et reste en activité jusqu’en 1794. – la Lobiette développée au XVIe et au XVIIIe siècles qui est transformée en scierie en 1914. – la Neuve-Forge, bâtie en 1570 et qui devient la propriété de Pierre Polschet en 1621. Elle subsista jusqu’au début du XXe siècle. – le Milourd et le Maka, forge créée avant 1576. En 1743 Jean-François Despret relève la forge de Milourd de la ruine ; elle perdure jusque dans les années 1900 avant d’être transformée en émaillerie. Au lieu-dit  » les Crayaux de Milourd  » est créée au XVIIe siècle une petite forge à battre le fer du Maka. Elle comprend alors deux feux d’affinerie, une chaufferie, deux marteaux (ou Makas) et une habitation. L’usine fonctionne jusqu’en 1912. Les verreries comptent parmi les industries les plus anciennes de la Fagne. Au sud d’Anor se trouve la Vieille Verrerie qui date partiellement de 1688 et qui a cessé de fonctionner en 1820. Au cours du XIXe siècle, les verreries et les filatures ont pris un essor considérable renforcé par la construction de la ligne de chemin de fer reliant Hirson à Aulnoye dont le premier tronçon est construit en 1872. Le village et en particulier l’église paroissiale, déjà reconstruite en 1932, a subi de graves dommages en 1940. » Base Mérimée

PATRIMOINE

La Chapelle Saint Gorgon du XVIIIème siècle.

Anor. p3308415

SITES NATURELS

La cascade de la Galoperie, sur l’Eau d’Anor, près de l’Étang de la Galoperie.

p8264510

L’Étang de la Galoperie d’Anor, d’une superficie de 8 ha, est aujourd’hui un espace naturel de haut intérêt écologique (site Natura 2000) possédant des espèces submontagnardes ! Il a été créé pour alimenter la forge de la Galoperie au XVème siècle.

p8264511

L’étang de Milourd (3 ha) à Anor, sur le ruisseau des Anorelles, (affluent de l’Oise), créé pour les besoins de l’ancienne forge fondée en 1576 !

p3308418

La cascade de la Neuve-Forge, à Anor, sur l’Oise, surplombée par la chapelle du Grand Saint-Esprit. A l’arrière se situe l’Étang de la Neuve-Forge, sur l’Oise, à cheval sur le Nord et l’Aisne, dans le massif ardennais.

pb294212

L’Étang de la Neuve-Forge (15 ha), créé au XVIème siècle pour alimenter une forge, et l’Oise juste avant la cascade.

pb294312

Les falaises du Maka et l’Oise.

dscn0210

Bois de la Haie d’Anor

p8264610

Le point culminant du Nord-Pas de Calais sur le Plateau d’Anor, altitude : 271 m. L’Ardenne belge débute juste derrière !

pb294111

Tout proche :

L’Étang du Pas-Bayard entre Anor et Hirson. La légende veut que ce soit le Cheval Bayard qui créa l’étang d’un coup de sabot en portant les 4 fils Aymon fuyant Charlemagne. On les retrouve ensuite dans les Ardennes (rocher des 4 fils Aymon, source de l’Empereur à Dinant, …).

En vérité, l’étang a été créé au XVIIème siècle pour alimenter les forges fabriquant les armes pour l’armée Française ce qui inquiétait les Espagnols. En 1689 ceux-ci ont mis l’usine du Pas-Bayard à sac. L’activité s’arrêta.
En 1793, une nouvelle usine est construite, on y fabriqua des clous, chaînes, tôles, diverses objets en fonte et fer blanc. Mais l’histoire s’arrête en 1938, trop difficile d’accès !

p6066315

Les Rochers du Pas-Bayard, entre Anor et Hirson, entre Nord et Aisne, est une ancienne carrière de schiste formant un petit cirque. Les falaises atteignent jusque 20m de hauteur ! C’est aujourd’hui un site d’escalade reconnu par la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade.

p6066311

PETIT PATRIMOINE

Monument aux morts

Image hébergée par servimg.com

Chapelle Jésus Christ (1855)

pb294310

Chapelle de Saint Hubert

pb294115

Chapelle Saint Joseph et Saint Fiacre (1740)

p3308513

Chapelle Notre Dame de Bonsecours (1754 – 1827)

p3308518

Escavèche anorienne, créée en 1974, à base d’aiguillat. Elle est depuis peu fabriquée à Macquenoise, de l’autre côté de la frontière et va obtenir l’IGP sous l’appellation « Escavèche de Chimay ».
La recette remonte à la période espagnole. La Thiérache regorgeait de poissons comme l’anguille qui étaient mélangés à une sauce espagnole à base de citron et de vinaigre.

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne