Eppe-Sauvage

  • Entité paysagère : Fagne de Trélon
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 269 hab.
  • Altitude : min : 172 m – max : 257 m
  • A voir : Station Touristique du Val-Joly, Eglise Saint Ursmer, Château de Voyaux, Château Maillard, petit moulin, chapelles, étangs, Petite Suisse du Nord, Vallée de l’Helpe majeure,…
  • Station Verte

Le village tire son nom de la rivière (Elpe, Helpe) qui y coule et de sa situation au sein d’un pays boisé, montueux, extrêmement pittoresque et autrefois peu habité (donc sauvage).

Eppe-Sauvage p8284610

« Le premier habitat sur le village d’Eppe-Sauvage se situe au lieu-dit  » Linière  » à l’époque néolithique. Une villa gallo-romaine a été mise à jour en 1858 sur le même secteur. Suite aux défrichements des Xe et XIe siècles, le village se développe sur les flancs des collines qui bordent les vallées de l’Helpe-Majeure et du ruisseau de Montbliart. L’essor véritable du village intervient au XVIe siècle avec le développement d’une industrie du fer qui le place au coeur d’un véritable bassin industriel le long de l’Helpe-Majeure. En 1515, la lettre patente du seigneur des lieux, le prince Charles de Croÿ, confirme le développement de l’activité des forges. Eppe-Sauvage en possède alors quatre : le Voyaux, le Marteau, le Grignaux et Willies. Des maîtres de forges comme les Polschet suscitent la construction de riches habitations comme en témoigne encore aujourd’hui le château Voyaux sur la route de Moustier. Depuis l’avènement de Philippe II en 1556 jusqu’au traité d’Utrecht en 1715, le Hainaut est ravagé par les guerres franco-espagnoles. Ainsi le village d’Eppe-Sauvage est-il presque entièrement incendié en 1651 par les troupes françaises. A la suite du traité de Nimègue en 1678, le village appartenant aux Pays-Bas est rattaché au royaume de France. Au XVIIIe siècle, les Merode, seigneurs de Trélon, établissent des hauts fourneaux, modernisant les anciennes forges. Ainsi, le village se développe jusqu’à compter au milieu du XIXe siècle plus de 900 habitants. Cependant, l’établissement de la nouvelle frontière coupe Eppe-Sauvage d’autres centres sidérurgiques comme Montbliart et Rance. Son organisation administrative et économique en est modifiée. L’activité douanière devient centrale dans la vie du village. La sidérurgie décline dans la deuxième moitié du XIXe siècle au profit des hauts fourneaux de l’actuelle Wallonnie. Elle est remplacée par l’élevage et l’industrie laitière. En 1966-67 est édifié par EDF un barrage sur l’Helpe-Majeure destiné à assurer la réfrigération des groupes de la centrale thermique de Pont-sur-Sambre, ainsi qu’à réguler le cours de la rivière sujette auparavant à des crues. » Base Mérimée

p4190411

PATRIMOINE

Eglise Saint-Ursmer d’Eppe-Sauvage, construite au XVIème siècle dans un style gothique flamboyant. Elle est surmontée d’un clocher en charpente et elle est inscrite aux Monuments Historiques. C’est une des plus belles églises de l’Avesnois !

p8284710

p2243827

Nef de l’église Saint-Ursmer (XVIème siècle) avec sa tribune d’orgue et son grand retable du XVIIIème siècle, sa chaire et sa voûte d’ogives plate.

p2243828

Triptyque en bois peint (1611) représente les scènes de vie de Saint Ursmer avec sa naissance, sa consécration épiscopale, la délivrance d’une religieuse du monastère de Maubeuge possédée du démon, sa mort et sa reconnaissance solennelles de ses reliques. Il est classé aux Monuments Historiques.

p2243829

Triptyque en bois peint (XVIIème siècle) représentant des scènes de la vie de la Vierge. Il est également classé aux Monuments Historiques.

p2243831

Peinture de l’Abbaye de Lobbes (Belgique), sur la Sambre, en 1740. A l’arrière, on aperçoit le tableau « la mise au tombeau » de Dehodencq Alfred (XIXème siècle) qui avait été proposé à la ville de Montargis et qui l’avait refusé en raison de ses dimensions (2m59 sur 3m73).

p2243830

Chapelle Saint-Ursmer, datant de 1669. Elle se situe sur la route de Sivry, en haut de la côte. Elle a été bâtie près d’un orme très vieux où Saint Ursmer se serait reposé. Malade, l’arbre a été abattu et remplacé par un tilleul.

p8284613

Château Voyaux, construit au XVIème siècle par les seigneurs d’Eppe-Sauvage, les Marchipont et fût la résidence des Polschet, les maîtres des forges.
Le château est composé d’un logis et des anciens ateliers de la forge transformés en ferme. Le logis englobe une tour du XVIème siècle située sur l’arrière. Le corps central ainsi qu’une tour à deux étages située en façade datent du XVIIIème siècle.

p8038512

p8038511

Château Maillard, construit en 1774 pour le maître de forge Laurent Polschet, mayeur d’Eppe-Sauvage et de Sivry. Le Château a conservé ses deux tours de défense du XVIème, comparable au Château du Pont de Sains.
« L’accès au château est signalé par deux tourelles d’entrée. Le château est organisé autour d’une cour, le logis étant situé à l’est, accolé au sud à un bâtiment comprenant l’étable, le fenil et une grange. A l’ouest a été construite une seconde grange, face au logis. Celui-ci comporte un étage à six travées et deux étages de comble. Les ouvertures sont légèrement cintrées. La maçonnerie est en brique, le soubassement en pierre bleue, l’encadrement des baies en pierre bleue et en brique. La toiture est couverte en ardoise. » Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Le Monument aux Morts

Image hébergée par servimg.com

Le Petit Moulin d’Eppe-Sauvage, alimenté par l’étang du moulin, a été construit au XIXème siècle sur des bases plus anciennes. Il broyait de l’épeautre et du blé. Eppe-Sauvage possédait également un autre moulin dit le Grand Moulin ou Grand Marteau, détruit lors de la construction du barrage du Val-Joly… mais les eaux du lac n’arriveront jamais jusqu’à son site !

p2243817

Étang du Petit Moulin, d’une superficie de 2 ha, est le plus grand des 3 étangs sur le Ruisseau des Rois venant de la Forêt Domaniale de Rance (Belgique).

p8038611

Étang du Fond d’Amour, qui existait déjà avant la construction du barrage du Val-Joly

p3131010

Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes

p2243815

Grotte Notre Dame des Grandes Pâtures, au bord du Lac du Val-Joly, près de la Maison Forestière des Grandes Pâtures.

Image hébergée par servimg.com

Oratoire de 1869 « En mémoire d’Antoine Quenée et Marie-Thérèse Charon, Seigneur ayez pitié de nous ».

Image hébergée par servimg.com

STATION TOURISTIQUE DU VAL-JOLY

pb013211

p8284710

p8284712

pb013311

pb013310

p4190321

p8058711

p8058912

Le Miroir, partie haute du Lac, porte bien son nom !

p8038610

Aquarium du Val-Joly nous fait découvrir 50 espèces de poissons d’eau douce qui peuplent les rivières et étangs/lac de l’Avesnois.

p8058812

La Station Touristique à Noël

pc059113

pc059114

AUTOUR D’EPPE-SAUVAGE

Paysages autour d’Eppe-Sauvage

p8284610

Haute vallée de l’Helpe majeure

p8284611

p8284611

p6202810

Vallée du Ruisseau de Montbliart

p6202811

p7318510

 

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne