Floursies

  • Entité paysagère : Thiérache
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 133 hab.
  • Altitude : min : 177 m – max : 208 m
  • A voir : Eglise Saint-Rémi, fontaine Saint-Éloi, kiosque à danser, moulin à eau, chapelles, Haie d’Avesnes,…

Floursies est un site sacré, païen puis chrétien : la source jaillit au pied d’un rocher où était construit un temple romain dédié à Flore (d’où le nom du village). Ce temple constitue toujours la partie la plus ancienne de l’église, le chœur, tandis que l’église Saint-Rémi (XVIème et XVIIIème siècles) a été construite en partie avec les pierres du temple et de l’aqueduc. La Fontaine Saint Éloi a été construite en l’an 150 par les romains pour alimenter Bavay via un aqueduc de 18 km.

« Les origines de Floursies remontent à l’époque gallo-romaine. D’après la toponymie, une villa aurait été implantée sur le territoire de la commune ; elle est peut-être à mettre en relation avec les fondations découvertes en 1824 au nord de l’église. De plus, la source, qui se trouve au centre du village, était le point de départ de l’aqueduc alimentant Bavay en eau. Elle est marquée par une fontaine dédiée à saint Eloi qui est figuré sur celle-ci (16e siècle pour la sculpture). Floursies est cité en 1140 comme faisant partie de la terre d’Avesnes. Il est implanté non loin de la voie reliant les places de Maubeuge et d’Avesnes-sur-Helpe. Le bénéfice de l’autel de l’église de Floursies est donné en 1162 par Guillaume, seigneur de Dompierre, à l’abbaye de Liessies. Aves Saint Aubin et Semousies, à partir du 13e siècle le fief de Jean d’Avesnes, puis de Baudouin ; il passe ensuite dans la famille de Luxembourg qui le vend en 1334 au comte de Hainaut, qui le cède en 1370 à Wenceslas, roi de Bohême, avant de le racheter. En 1407, il appartient au duc d’Anjou ; en 1430, son fils René, duc de Lorraine, en donne l’usufruit au chancelier Nicolas Rolin qui achète définitivement la terre en 1434, que sa famille garde jusqu’au début du 16e siècle. Floursies se rattache à la prévôté de Maubeuge. Vers 1500, la seigneurie passe à la famille de Lestang, puis en 1635 au baron de Virieu et en 1663 aux seigneurs d’Eclaibes. En 1693, Pierre Bady l’acquiert et son second fils devient seigneur de Dourlers. Ces terres sont élevées en 1780 en comté de Normont. Lors de la bataille de Wattignies, pour le déblocus de Maubeuge en 1793, le village a été pillé.
L’église Saint-Rémy est en partie romane, mais a été modifié à plusieurs reprises, aux 15e, 16e et 18e siècles. Elle est composée d’une simple nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit à chevet plat. Cette nef a été couverte vers 1575 d’un berceau lambrissé. Le clocher date de 1755. » Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

MONUMENTS HISTORIQUES

Fontaine Saint Éloi, aux origines romaines (départ de l’aqueduc de Bavay), depuis l’église. Elle possède encore le lavoir avec ses pierres du IIIème siècle. La statue de Saint Éloi date du XVIème siècle. Selon la légende, les jeunes mariés s’en approchaient pour caresser le manteau de Saint Éloi en gage de bonheur.

Floursies p4220511

p4220523

La fontaine a la particularité d’être alignée avec « La Pierre de Dessus-Bise » de Sars-Poteries, « Les Pierres Martines » de Solre le Château, le menhir christianisé d’Écuelin et « La Pierre qui tourne » de Sautin !

p4220522

p4220524

PATRIMOINE

Place de l’église

p7143210

Eglise Saint-Rémi de Floursies (XVIème et XVIIIème siècles), construite à l’emplacement d’un temple romain dédié à la déesse Flore et en partie avec les pierres du temple et de l’aqueduc de Bagacum.

p4220510

Ancienne goulotte dans le soubassement de l’église provenant de l’ancien aqueduc romain de Bagacum

p4220520

Kiosque à danser rectangulaire

p4220521

Moulin de Floursies, sur la Tarsies, à moins d’1 km de la source (Fontaine Saint-Eloi). Il a été construit au XVIème siècle et servait de forge. Il est transformé en moulin à farine au XIXème siècle.

« Dans leur livre Moulin en Avesnois, Claude Lompret et Jérôme Chrétien datent ce moulin du XVIème siècle. Selon eux il est fort possible qu’à l’origine il ait été une forge, vu ses dimensions et surtout l’ancien nom du lieu : La Forgette. Les forges hydrauliques étaient souvent de faibles dimensions, et le moulin de Floursies est l’un des plus petits de l’arrondissement (7 mètres sur 10). De plus, au XVIème, siècle les habitants de Floursies devaient moudre leur grain au moulin banal de Saint-Aubin, ce qui renforce la thèse d’une ancienne forge.
La roue à augets en fonte aciérée, que l’on peut encore observer, date du XIXème siècle. C’est à cette époque que la forge aurait été transformée en moulin à farine.
D’après les actuels propriétaires, le moulin aurait fonctionné jusqu’en 1962. Aujourd’hui, la roue, plutôt dégradée, est le seul vestige de l’ensemble du mécanisme qui faisait tourner les meules. Quant au bief qui occupait environ 10 ares, quelques arbres en indiquent encore les contours, mais il s’est envasé et n’est plus en eau, même si le ruisseau de la Fontaine Saint-Eloi y circule toujours.
Entre les cadastres établis en 1813 et 1868, l’emprise générale du moulin est restée la même. Entre ces dates, les contours du bief sont devenus plus rectilignes, tout comme ceux du carrefour, ce qui est sans doute lié à la nécessité de stabiliser la route. Sur les cadastres semble être dessiné un canal de vidange du bief. La roue n’est pas représentée en 1813. En 1869 un nouveau bâtiment abritant des écuries apparaît en face du moulin ; il est agrandi sur le cadastre de 1933, formant aujourd’hui une maison.

Le bâtiment, de forme irrégulière, semble avoir été remanié ou construit en plusieurs fois. Un badigeon couvre les matériaux et rend difficile toute interprétation de son évolution. La partie en eau du bief devait venir très près de la façade, à environ 2 mètres. Il devait avoir une profondeur comprise entre 1, 5 et 2 mètres. La vanne qui alimentait la roue par le haut est doublée par la vanne de décharge. La chute fait près de trois mètres de haut. D’après des documents d’archive datant de 1829 il y aurait eu à cette époque deux roues successives. La couverture, côté bief, est en demi-croupe. Un petit bâtiment est accolé à l’arrière du moulin. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Monument aux morts

Image hébergée par servimg.com

Oratoire Notre Dame de Bon Secours, datant de 1781

Image hébergée par servimg.com

Calvaire

Image hébergée par servimg.com

Chapelle

Image hébergée par servimg.com

Le village de nuit

pc189210

pc189210

PATRIMOINE NATUREL

Haie d’Avesnes, relique de l’ancienne forêt celte ! Cette forêt en arc de cercle protégeait autrefois Avesnes des invasions venant du nord.

p8224510

La Tarsies

p4220518

Bocage dans la vallée de la Tarsies

p4215425

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne