Gognies-Chaussée

  • Entité paysagère : Plateau hennuyer
  • Population : 785 hab.
  • Altitude : min : 122 m – max : 158 m
  • A voir : Eglise Saint-Quentin, château de Gontreuil, ferme Rogeries, ferme du Roteleux, Chaussée Brunehaut, chapelles,…

Agglomération constituée de la commune française de Gognies-Chaussée et du village belge de Gœgnies-Chaussée (commune de Quévy), séparés par la frontière franco-belge. La rue centrale, dont la partie française constitue la route départementale 311, est une des sept branches de la chaussée Brunehaut, anciennes voies romaines autour de Bavay.

La rue centrale est binationale : au sud, les maisons françaises, au nord, les maisons belges (Gœgnies-Chaussée). Cette division existe depuis le traité des Limites signé le 28 mars 1820 à Courtrai et qui rectifie la frontière entre la France et les Pays-Bas.

PATRIMOINE

Place franco-belge… Côté français, l’église Saint-Quentin date de 1843 et l’arbre de la liberté a été planté en… 1789 !

Au pied de l’arbre, on remarque un chemin en pavé (restauré), il s’agit du chemin neutre, qui permettait aux belges d’entrer sur le territoire français pour aller suivre la messe. En 1678 le traité de Nimégue coupe le village en 2 et l’église du village se retrouve côté français !

Image hébergée par servimg.com

D’un côté Gœgnies-Chaussée (Belgique), de l’autre Gognies-Chaussée (France) et au centre la frontière qui passe au milieu de la chaussée romaine Bavay-Cologne ! C’est en 1678 que le traité de Nimégue coupe le village en 2 et la frontière a été corrigée ensuite en 1820 par le Traité des Limites pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Le monument aux morts se situe sur le territoire belge.

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne