Houdain-lez-Bavay

  • Entité paysagère : Plateau hennuyer – Bavaisis
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 894 hab.
  • Altitude : min : 94 m – max : 147 m
  • A voir : Eglise Saint-Martin, Château de Warnicamps, salle des fêtes, moulin à eau, moulins à vent, patrimoine rural, chapelles,…

PATRIMOINE

Eglise Saint-Martin, datant de 1782
Image hébergée par servimg.com

Ecuries du couvent de Sainte Aldegonde (Maubeuge), avec le passage charretier et les écuries datant du XVIIIème siècle. La ferme est construite en U autour d’un logis, des écuries, d’une grange et d’une brasserie.

Image hébergée par servimg.com

Château de Warnicamp, construit au début du XIVème siècle par le seigneur de Wadimpréau, Wulfard de Ghistelles. Le fief fut vendu successivement aux châtelains de Bouchain, Quiévrain, Mons puis Tournai. Reconstruit à la fin du XVIIème, il fut incendié lors du siège de Valenciennes en 1793 et pendant la 1ère GM.

Image hébergée par servimg.com

L’ensemble est constitué d’une ferme et des vestiges du château. L’accès au château se fait par un pont permettant de traverser les douves asséchées. Les bâtiments s’élèvent sur un soubassement de grès, seuls éléments datant du Moyen Age. Les niveaux supérieurs ont été reconstruits en brique à la fin du 17e ou au début du 18e siècle. L’aile gauche (ouest) est constituée d’un corps de logis en rez-de-chaussée avec comble en demi-lune, couvert d’une croupe brisée. Ce logis se termine par un pavillon d’angle couvert d’un toit en pavillon en ardoise. L’aile droite (sud) est constituée d’un corps de logis s’élevant sur deux niveaux avec comble et du pavillon d’angle. L’ensemble est en brique avec chaînage en pierre du pavillon et des ouvertures de l’aile. L’ensemble est couvert d’un toit brisé en pavillon et d’une croupe. Photo et texte : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Moulin du Giblot ou de Quêne Luquet (XVIIème siècle), près de la Chaussée Brunehaut. Il produisait autrefois de la farine. En ruine depuis 1905, il mériterait une seconde vie ! Un autre, le moulin Richard, se situe à 100 m de lui, de l’autre coté de la route, à l’arrière de la ferme Richard.

Image hébergée par servimg.com

Le moulin Giblot est lié à une légende : « Il y a très longtemps, l’occupant des lieux, prénommé Giblot, était très connu dans les environs. Il était le genre de personnage que l’on n’aime pas croiser… Sa réputation le précédait. Et quelle réputation ! Voleur de lapins, de poules, incendiaire de récoltes, empoisonneur de bestiaux…

Pourtant, Joséphine, une honnête jeune femme, du hameau de Ruinse, à Houdain, osa s’approcher de Giblot. L’amour et ses mystères… Malheureusement pour elle, ce n’est pas l’amour qui l’attendait au coin du feu, mais un mari qui la battait pour un oui ou pour un non…

Un soir, pour un énième prétexte futile, Joséphine se retrouve face au fusil à pierre de son époux. Le coup de feu part. Joséphine tombe raide morte. Giblot entreprend alors de l’enterrer discrètement, dans un trou creusé à la hâte derrière la maison. Très vite, le voisinage s’interroge sur la soudaine disparition de la malheureuse épouse, dont Giblot raconte qu’elle est partie soigner une tante malade, à Vieux-Condé…

Le temps s’écoule. Arrive la Toussaint, un jour glacial enveloppé de brouillard. Ce soir-là, un joueur de vielle inconnu s’approche de Giblot et se met à jouer devant sa porte. Il interprète un air de valse, vif et joyeux, sur lequel il pose des paroles tristes. Giblot écoute et rapidement s’énerve, gagné par une peur épouvantable. La chanson raconte l’histoire de sa femme disparue…

Giblot grommelle des jurons et pourchasse le musicien fort dérangeant. Ce dernier l’emmène à l’endroit où sa pauvre femme repose, tout sauf en paix. Selon la légende, Joséphine serait alors sortie de sa tombe, couverte de sang, échevelée, les yeux vitreux, entraînant Giblot dans une danse macabre rythmée, par la musique de l’inconnu. Seul le son des cloches d’Houdain, annonçant la messe, mit un terme au ballet.

À genoux, Giblot demande pardon au musicien. Celui-ci lui rétorque qu’il dansera ainsi toutes les nuits, jusqu’à la fin de ses jours. Giblot tenta bien de réparer son forfait en édifiant une croix en chêne, à l’endroit maudit. En faisant dire des messes, aussi, pour le repos de l’âme de sa défunte épouse. Rien n’y fit. Après quelque mois Giblot se pend, à la croix érigée pour Josephine. Les habitants du village la brûlèrent et dispersèrent les cendres. Quant au musicien, on ne le revit plus jamais, mais on croit savoir aujourd’hui qu’il s’appelait le remords… qui a donné son nom au moulin. » Source : Voix du Nord

Monument aux morts

Image hébergée par servimg.com

D’autres photos à venir prochainement

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne