Landrecies

  • Entité paysagère : Thiérache / Mormal
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 3 490 hab.
  • Altitude : min : 110 m – max : 179 m
  • A voir : Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul, hôtel de ville, rempart, poudrière, musée Ernest-Amas, musée Dupleix, Musée des Minéraux et des Fossiles, statue de Dupleix, patrimoine militaire, patrimoine industriel, patrimoine rural, chapelles, Sambre, écluses, pompe, maison espagnole, marché couvert, maison natale de Dupleix,…

Landrecies p9306411

PATRIMOINE

Crèche de l’église Saint Pierre et Saint Paul

dsc_0358

Place André Bonnaire

Image hébergée par servimg.com

Hôtel de ville datant de 1921, aux origines plus anciennes, servant de Halle aux blés et de prison. Sur sa façade, des inscriptions rappellent le décret du 27 Ventôse an III, selon laquelle « Landrecies a bien mérité de la patrie ».

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Statue du landrecien Joseph-François Dupleix, gouverneur des établissements français de l’Inde entre 1742 et 1754. Il existe 3 statues de Dupleix dans le monde, la 2ème est à Pondichéry en Inde et la 3ème à la citadelle de Port-Louis en Bretagne.

« Ce bel ouvrage du sculpteur valenciennois Léon Fagel (1851 – 1913), financé par souscription nationale, fut exposé à Paris avant d’être inauguré à Landrecies en 1888. La statue représente Dupleix en train de prendre possession de la province indienne de l’Hindoustan. De la main droite il indique le sol de l’Inde, et de la gauche il y plante le drapeau français. Il est vêtu d’un costume de marquis et porte le grand cordon de l’ordre de Saint-Louis (titre honorifique sous l’Ancien Régime).
Sur le piédestal de la statue sont gravées au bronze plusieurs scènes de sa vie : Dupleix et son épouse soignant les blessés au siège de Pondichéry, Dupleix écoutant les hommages des chefs de l’Hindoustan, et enfin Dupleix reçevant le commandement d’une province des mains du grand Moghol… » Source : e-monumen.net

Image hébergée par servimg.com

Noms d’établissements français en Inde sur le piédestal de la statue de Dupleix. L’apogée de l’Inde française (1668-1954) est à situer vers 1750, pendant la gouvernance de Dupleix, où les colonies et protectorats français en Inde représentaient 2/3 de l’État indien actuel, avant qu’ils ne soient conquis par les Britanniques entre 1757 et 1761. Au traité de Paris, de 1763, la France va perdre toutes ses possessions en Inde, sauf les cinq comptoirs, qui vont former les établissements français en Inde.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Dupleix et son épouse soignant les blessés au siège de Pondichéry.

Image hébergée par servimg.com

Dupleix reçevant le commandement d’une province des mains du grand Moghol.

Image hébergée par servimg.com

Dernier vestige des fortifications de Vauban, entre le bastion du Moineau et le bastion du Moulin… et la Caserne Biron édifiée au XVIIIème siècle par le Duc de Biron, gouverneur de Landrecies de 1735 à 1757. Elle pouvait abriter jusqu’à 396 hommes et 69 chevaux.

pa117011

Poudrière, une tour de l’ancien château-fort érigé en 1140 par Nicolas d’Avesnes, que Vauban transformera en soute à munitions. Elle était située autrefois entre les bastions de Vaubecour et des Carmes.

Image hébergée par servimg.com

Les remparts disparus

911_0010

713_0011

Caserne Clarke dans la Ville-Basse. Construite au XVIIIème siècle par le Duc de Biron, elle s’appelait « Caserne Saint-Charles ». Elle abritait les régiments de cavalerie. Après la révolution, on la rebaptisera « caserne Clarke », en hommage au Maréchal Napoléonien né à Landrecies. La caserne a été restaurée en 2007 et accueille aujourd’hui les locaux annexes de la Communauté de Communes du Pays de Mormal.

pa267613

Maison natale de Philippe Lamour et son pignon à gradins typique du Nord.

Philippe Lamour (1903 – 1992), jeune avocat d’assises au barreau de Paris, homme de Lettres, reconstructeur de la France aux côtés de Jean Monnet, concepteur de l’Europe, créateur de la notion d’aménagement du territoire, spécialiste des questions agricoles, inventeur de l’appellation des Vins Délimités de Qualité Supérieure et maire de Ceillac dans le Queyras de 1965 à 1983.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Maison natale de Joseph-François Dupleix (1697 – 1763), gouverneur de Pondichéry et commandant général des établissements français de l’Inde.

Joseph-François Dupleix embarque à Lorient le 24 juin 1721 à destination de l’Inde où il restera jusqu’au 15 mai 1754. De simple employé de la Compagnie des Indes Orientales, Dupleix deviendra Directeur à Chandernagor puis Gouverneur pour le Roi de la compagnie à Pondichery, de 1743 à 1754. C’est là qu’il donnera la pleine mesure de son sens des affaires et de ses qualités d’homme. Respecté en Inde mais discrédité en France, il rentre en 1754 à Paris et meurt en disgrâce le 11 novembre 1763, quelque mois après le traité de Paris.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Marché couvert, édifié en 1920. Il abritait le marché aux beurres et aux fromages et fait toujours parti de la vie de la ville en abritant festivités, marché le samedi et marché bio tous les troisièmes vendredis du mois.

Image hébergée par servimg.com

En face s’élevait la maison natale (détruite en 1918) du Maréchal Henri Clarke, officier général, ministre de la guerre de l’Empereur Napoléon Ier et de Louis XVIII.

Image hébergée par servimg.com

Façade de l’ancien magasin « Au Printemps » sur la Place André Bonnaire.

« Le magasin Au Printemps, situé face à l’hôtel de ville, est formé de la réunion de deux maisons du 18e siècle. L’habillage de la partie centrale au début du 20e siècle a permis de créer un effet de symétrie générale entre les trois parcelles formant ce côté de la place, même si elles n’appartiennent pas toutes au même lot. La façade transformée du bâtiment central joue sur une polychromie de brique et de brique émaillée au-dessus des fenêtres, complétée par un décor de ferronnerie (garde-corps, éléments de faîtage, pomme de pin en acrotère). Un grand cartouche en mosaïque porte l’inscription : « Magasin Au Printemps », ainsi qu’un décor de crosses végétales. La toiture est à longs pans, agrémentée sur la place d’un toit en pavillon orné sur le versant d’un oeil de boeuf. Les baies de la façade s’ornent, aux deux niveaux d’étage, de garde-corps en ferronnerie dont le dessin est de Guimard. » Source : Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Dans la rue du Cerf, une ancienne enseigne rappelle le passé de l’activité brassicole de la ville, remontant au XIXème siècle. « De source orale la brasserie aurait été fondée dans la deuxième moitié du 19e siècle par la famille Marie. Elle prend ensuite successivement le nom de Gillet Marie et Gillet. En 1935 ou 1936 la brasserie est détruite par un incendie et aussitôt reconstruite. Elle porte alors le nom de Gillet Baré. En décembre 1941 l’usine cesse toute fabrication. Elle est alors convertie en dépôt de boissons. » Base Mérimée

Image hébergée par servimg.com

Sur un mur de l’ancienne brasserie Gillet Baré, une pierre datée de 1716 représente Saint Arnoul, saint patron des meuniers et des brasseurs.

Image hébergée par servimg.com

Monument aux morts

Image hébergée par servimg.com

Chapelle Saint Roch dans le cimetière. Construite en 1816, elle est dédiée à Saint-Roch, patron des ensevelisseurs. Elle est agrandit en 1876 et devient l’oratoire de l’hospice des vieillards (transformé aujourd’hui en logements). Au Moyen-Âge, on y trouvait déjà un établissement d’accueil et de soins pour les lépreux et les pestiférés hors des remparts, d’où la consécration à Saint-Roch. Une messe annuelle a lieu chaque année mi-août.

pa267611

pa267612

Chapelle Notre Dame de Grâce, à la sortie de la ville vers Le Quesnoy. Les dates importantes de la chapelle sont inscrites sur sa façade. Elle fut bâtie en 1686 sous Louis XIV. Détruite en 1712 lors du siège de Landrecies, elle fut reconstruite en 1729 puis à nouveau démolie en 1794. Elle fut entièrement reconstruite, par souscription, en 1808. Partiellement détruite par les bombardements de la guerre 1914-1918, elle est remise en état en 1925. Sa dernière restauration date de 2000.

pa267614

pa267615

Chapelle du Chemin des Mauviards, datant de 1881 et dédiée à Notre Dame de Lourdes. Elle se situe près d’une source, face à la Sambre. Elle possède à l’intérieur une reproduction de la Grotte de Lourdes.

p9306410

Source au pied de la chapelle

p9306411

Oratoire en pierre bleue dédié à Nostre Dame de Liese, vierge noire de l’Aisne.

Image hébergée par servimg.com

Écluse n°1 des Étoquies, à l’orée de la Forêt de Mormal.

pb133911

PATRIMOINE NATUREL

Jardin public, le long de la Sambre, avec ces marronniers centenaires et le monument dit du 27 Ventôse an III, érigé en 1899 suite au comportement héroïque des Landreciens lors du siège autrichien d’avril 1794.
La cérémonie d’inauguration sera présidée par le ministre de la guerre (le général André) et la Légion d’Honneur sera décernée à Landrecies.
Les dates des principaux sièges de Landrecies y sont gravées (de 1185 à 1871).

pa180610

p2150310

Quais de la Sambre avec le jardin public sur la rive droite et la faïencerie de Desvres (fondée au XIXème siècle) sur la rive gauche de la Sambre.

pa180611

Jardin public et Sambre

pa267617

Sambre

pc299610

p9306510

pc032110

pc032110

Chemin des Mauviards

pc301911

PATRIMOINE FESTIF

Foire Saint Luc, créée en l’an 1314, elle durait à l’origine 25 jours, jusqu’au 11 novembre. Elle est également appelée Foire aux bestiaux ou Foire à la Carotte !

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Balades Costumées

p9281310

p9281310

p9218813

D’autres photos à venir prochainement.

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Laisser un commentaire

 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne