Résultats de votre recherche

Jardins du Familistère Godin – Guise

Posté par tchiotbiloute59 le 2 septembre 2017

Les jardins du Familistère Godin à Guise, projet de l’Agence BASE, livré en 2007.

Image hébergée par servimg.com

« Situé sur une ancienne île de 9 ha conduite en peupleraie, le jardin est régulièrement inondé par les crues violentes de l’Oise.
30 000 m3 de terrassements ont été nécessaires pour remblayer un bras mort de l’Oise et adoucir le profil de l’ensemble des berges, pour offrir une promenade au bord de l’eau. Le jardin est découpé en 400 parcelles triangulaires de 100 à 700 m2 chacune, et traitées suivant 4 matières : taillis, buissons, prairies, pelouses.
La population a participé aux plantations dans le jardin par un système de parrainage de plantes.
Un couloir de lagunage/filtration par les plantes de 6000 m2 épure l’eau prélevée dans l’Oise et vient alimenter un bassin extérieur, composé de galets et de petites surfaces de béton blanc. Des pontons bois permettent de naviguer dans le jardin à pied secs en toute saison. Le confort en milieu extérieur vient rendre hommage au palais social de l’industriel controversé, charismatique et éclairé Jean-Baptiste Godin (1817-1888).
 »
Source : http://www.baseland.fr/fr/parcs/guise-familistere-godin

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

L’Oise

Image hébergée par servimg.com

Guise (Aisne – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - Thiérache, - Parcs et jardins, - Picardie | Pas de Commentaires »

Orgues – Le Cateau-Cambrésis

Posté par tchiotbiloute59 le 31 août 2017

Les orgues de la Cité de Matisse, dans l’Abbatiale du Cateau-Cambrésis.

Les orgues ont été installées au début du XVIIIème siècle pour l’abbaye bénédictine de Saint André par Joseph Carlier. Le buffet d’orgues, exécuté dans le style régional avec angelots et guirlandes de fruits et de fleurs, est l’oeuvre de Boittiaux.
Après la 1ère GM, il a fallut procéder à une restauration complète. Les orgues possèdent deux buffets composés de 1344 tuyaux en étain. L’instrument comprend 21 jeux, répartis sur deux claviers de 56 notes chacun, et un pédalier de 30 notes.
En 1955, les orgues très dégradées deviennent muettes : il faut attendre 1974 pour procéder aux travaux de rénovation. Aujourd’hui, des concerts peuvent avoir lieu et une classe d’orgue est ouverte aux élèves.

Image hébergée par servimg.com

Le 2ème orgue de l’Abbatiale

Image hébergée par servimg.com

Le Cateau-Cambrésis (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Le Cateau-Cambrésis, - - HAINAUT, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux | Pas de Commentaires »

Vendegies-au-Bois

Posté par tchiotbiloute59 le 13 août 2017

  • Entité paysagère : Ondulations hennuyères
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 499 hab.
  • Altitude : min : 107 m – max : 147 m
  • A voir : Eglise Saint-Humbert, Château, bois de Vendegies, chapelles,…

« Dans le bois de Vendegies, sur l’ancienne voie romaine Bavay-Saint-Quentin, furent retrouvés les vestiges d’un bâtiment romain. En 661, le testament de sainte Aldegonde donne Wandegeias (l’église et ses dépendances) au chapitre de chanoinesses de Maubeuge. Une charte de l’évêque de Cambrai Liétard confirme également la présence de biens de l’abbaye de Maroilles à Vendegies en 1131. 
Au XVIe siècle, la seigneurie est aux mains de la famille de Montmorency-Hornes. En 1562, Antoine de Gognies l’acquiert lorsqu’il accède à la charge de gouverneur du Quesnoy. Par le mariage de sa petite-fille, en 1624, la seigneurie passe dans la famille de Bonnières qui la conserve jusqu’en 1766. A cette date, la seigneurie est cédée à François Ignace Bouchelet, écuyer, conseiller, secrétaire du roi près le parlement de Flandre dont les descendants habitent le château jusqu’au XXe siècle. Le château, de fondation ancienne (le château fort est détruit en 1340 et reconstruit au XVIe siècle) , présente divers bâtiments principalement érigés au XVIIe siècle. Remanié en 1825, il est fortement endommagé durant la Première Guerre mondiale, puis abandonné, avant d’être aujourd’hui restauré par ses actuels propriétaires. » Base Mérimée

PATRIMOINE

Château de Vendegies-au-Bois, construit aux XVIème et XVIIème siècles.

Vendegies-au-Bois p6272920

p6272910

p3167310

p6272921

 

D’autres photos à venir prochainement

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | 1 Commentaire »

Taisnières-sur-Hon

Posté par tchiotbiloute59 le 13 août 2017

  • Entité paysagère : Plateau hennuyer – Bavaisis
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 960 hab.
  • Altitude : min : 118 m – max : 157 m
  • A voir : Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation, église Saint Martin de Malplaquet, ferme du Moulin Williot, monuments commémoratifs de la Bataille de Malplaquet chapelles, moulin à eau,…

PATRIMOINE

Eglise Notre-Dame-de-la-Visitation, de style néo-gothique, date de 1904. Elle possède plusieurs objets classés aux MH dont une peinture du XVIème siècle, une statue de Saint Donat du XVIIème siècle ou encore le reliquaire de Saint Donat du XVIIIème siècle.

Taisnières-sur-Hon p9266021

Eglise Saint Martin de Malplaquet, reconstruite entre 1879 et 1881 sous la direction de Félix Guillemin. Elle contient une cloche de 1923 réalisée par les fondeurs Wauthy de Douai.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Autel et le tabernacle du XVIIème siècle, classé aux MH au titre d’objet depuis 1922. Lorsque les 2 panneaux sont ouverts, ils représentent 2 anges ailés en prière. Fermés, ils sont ornés d’un calice.

Image hébergée par servimg.com

Mémorial de la Bataille de Malplaquet, du 11 septembre 1709 pendant la guerre de Succession d’Espagne, où 200 000 hommes se sont combattus.

Les forces commandées par le général John Churchill, duc de Marlborough et le prince Eugène de Savoie, essentiellement autrichiennes et hollandaises, affrontèrent les Français commandés par le maréchal de Villars. Bien que l’armée française fît retraite, elle infligea à ses ennemis des pertes quatre fois plus importantes que les siennes, et l’invasion de la France fut empêchée. Les Français ont perdu 6 000 soldats, plus de 20 000 côté ennemi.

La célèbre chanson « Malborough s’en-va-t-guerre » aurait été écrite après la bataille de Malplaquet dans une grange d’Orsinval, par des soldats du duc de Malborough le pensant mort. Le rond-point d’Orsinval porte désormais la silhouette du duc !

Image hébergée par servimg.com

Plaine de la bataille

Image hébergée par servimg.com

Commémoration du 307ème anniversaire de la bataille de Malplaquet – Taisnières-sur-Hon, les 10 et 11 septembre 2016.

Image hébergée par servimg.com

La Bataille de Malplaquet a eu lieu le 11 septembre 1709 pendant la guerre de Succession d’Espagne, où 200 000 hommes se sont combattus.

Image hébergée par servimg.com

Les forces commandées par le général John Churchill, duc de Marlborough et le prince Eugène de Savoie, essentiellement autrichiennes et hollandaises, affrontèrent les Français commandés par le maréchal de Villars.

Image hébergée par servimg.com

Bien que l’armée française fît retraite, elle infligea à ses ennemis des pertes quatre fois plus importantes que les siennes, et l’invasion de la France fut empêchée.

Image hébergée par servimg.com

Les Français ont perdu 6 000 soldats, plus de 20 000 côté ennemi.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Sars-Poteries

Posté par tchiotbiloute59 le 6 août 2017

  • Entité paysagère : Thiérache
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 1 506 hab.
  • Altitude : min : 163 m – max : 229 m
  • A voir : Eglise Saint-Pierre, MusVerre, kiosque à musique, menhir, chapelles,…

PATRIMOINE

Eglise Saint-Pierre datant du XIXème siècle et kiosque à concert des années 1900 (base)

Sars-Poteries pc281319

Pierre de Dessus-Bise, menhir de grès landénien de 1m50 de haut. Il est classé MH depuis 1862. Il a la particularité d’être parfaitement aligné avec la Fontaine Saint-Éloi de Floursies, le menhir christianisé de la chapelle Capiaux d’Écuelin, « Les Pierres Martines » de Solre-le-Château et « La Pierre qui tourne » de Sautin (Belgique).

p9170513

MusVerre, musée du Département du Nord, le plus grand Musée du Verre d’Europe ! Installé dans le Château Imbert grâce à la volonté de Louis Mériaux dans les années 60, il est désormais installé dans un bijou architectural du XXIème siècle conçu par le cabinet W-Architectures.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Oeuvre « Seated Dress Impression with Drapery » (2007), de l’artiste américaine Karen LaMonte. Elle représente une robe grandeur nature réalisée en verre.

Image hébergée par servimg.com

« Sars-Poteries fait chanter le verre », oeuvre de Willem Heesen (1989)
« Le titre de cette oeuvre emplie de poésie est symbolique du rôle joué par le musée dans l’émergence d’un nouveau réseau de créateurs-verriers. Après le Symposium de 1982, la création verrière a connu un réel envol et une libération des contraintes industrielles. »

Image hébergée par servimg.com

Epis de faîtage, tradition verrière de Sars-Poteries des années 1900 qui reprit vie grâce au Musée du Verre qui en fabrique à nouveau pour les habitants de Sars-Poteries, Dimont, Lez-Fontaine et Beugnies.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Collection des bousillés

Image hébergée par servimg.com

« Sur leur temps libre, à la pause déjeuner, les verriers utilisent avec l’autorisation du directeur, le matériel de production pour « bousiller » le verre. Ils créaient des objets personnels, sans vocation marchande, pour eux-mêmes ou pour offrir. Ils rivalisaient de dextérité et de virtuosité pour réaliser des pièces uniques, pleines de fantaisie et de vie, chefs d’œuvres du quotidien. Dans l’élaboration de ces objets à usage domestique, décoratif ou plus rarement rituel, les verriers ont développé tout leur imaginaire, fait chanter les couleurs et les formes, et exprimé leur joie de créer. » http://musverre.lenord.fr/

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Saint-Hilaire-sur-Helpe

Posté par tchiotbiloute59 le 5 août 2017

  • Entité paysagère : Thiérache
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 780 hab.
  • Altitude : min : 140 m – max : 206 m
  • A voir : Eglise, Moulin de Fucheau, Château de Coutant,  Château Gaillard, kiosque à danser,  chapelles, Chaussée Brunehaut, Vallée de l’Helpe majeure,…

Saint-Hilaire-sur-Helpe p8305014

« Le village de Saint-Hilaire-sur-Helpe est situé le long de la chaussée Brunehaut, voie gallo-romaine reliant Reims à Bavay. Une occupation humaine est attestée dès cette époque : le creusement de la tranchée de chemin de fer en 1866-1867 a en effet permis l’exhumation de maisons gallo-romaines, ainsi que d’un cimetière mérovingien. Au hameau du Fuchau se situe la première implantation du village voisin de Dompierre-sur-Helpe ; un monastère aurait été fondé en ces lieux par un moine irlandais, saint Etton, venu prêcher le christianisme en Thiérache. En 1162, Guillaume, seigneur de Dompierre, donne à l’abbaye de Liessies l’église conventuelle du Fuchau avec l’annexe de Dompierre et différents biens qui devaient dépendre du monastère de Fuchau. Cet important hameau est partagé en 1595 entre Dompierre et Saint-Hilaire qui en reçoit la partie la plus importante, dont un moulin situé sur l’Helpe Majeure. A la suite de cette cession, celui-ci est reconstruit en 1598 pour le prince de Croÿ. L’église paroissiale Saint-Hilaire est édifiée à l’époque romane ; sa silhouette, montrant à la fin du XVIe siècle un choeur à deux travées, est visible dans les Albums de Croÿ. Au XVIIe siècle, elle est agrandie : au sud de la nef, elle est dotée d’un vaisseau latéral en 1677 et d’un faux-croisillon au nord en 1688. Au Moyen Age, un ermitage, composé de moines venus du prieuré de Dompierre, s’implante au bois de la Croisette, au coeur de la Haie d’Avesnes. Il est attesté de façon certaine en 1602. Avant la Révolution, l’ermitage comprend une maison, un petit oratoire dédié à saint Antoine, une brasserie et une boulangerie. Il est partiellement détruit à la Révolution. Dans les années 1950, les constructions restantes sont reconverties en exploitation agricole. Le fief de Coutant est connu dès 1288 ; cependant, la construction du château actuel remonte au premier quart du XVIIIe siècle. Il a en effet été édifié entre 1714 et 1717 pour François de la Combe, maréchal des camps et armées du roi, directeur des fortifications du Hainaut, et transformé au XIXe siècle. Au début du XIXe siècle, la forêt, encore très présente, est presque entièrement défrichée pour laisser place à de grandes exploitations agricoles. Un gisement minier est signalé dès 1280 au lieu-dit les Roques ; son exploitation se poursuit au moins jusqu’en 1830. Les statistiques du préfet Dieudonné, établies avant la Révolution mais publiées en 1810, mentionnent sur la commune une carrière de pierre de taille, la brèche dite de Saint-Hilaire. A partir de 1880 se produit une crise de l’embouche qui favorise la production de lait. A Saint-Hilaire s’implante en 1885, en liaison avec le chemin de fer, la première laiterie industrielle de la Thiérache du Nord. » Base Mérimée

p1243214

PATRIMOINE

Eglise Saint-Hilaire, d’origine romane, remaniée aux XVIème et XVIIIème siècles.

Image hébergée par servimg.com

Chapelle Saint-Liénard et Notre-Dame-de-Messine (1815) au pied de l’église Saint-Hilaire, élevée en souvenir des angoisses que les prisonniers des guerres napoléoniennes laissèrent dans leurs familles. Elle est inscrite aux Monuments Historiques.

Image hébergée par servimg.com

Kiosque à danser octogonal. Un arbre du souvenir a été planté en son centre le 8 mai 1995. C’est l’unique kiosque à danser de forme octogonale de l’Avesnois.

Image hébergée par servimg.com

Moulin de Fuchaux, situé à l’endroit où la chaussée romaine de Bavay à Reims traversait l’Helpe majeure à gué. Un moulin existait déjà durant la période antique. Le moulin actuel date de 1598, reconstruit à la suite des combats entre français et espagnols, par le Prince de Croÿ. C’était un moulin fortifié avec sa tour de guet toujours visible et des meurtrières. La porte d’entée possède un arc en accolade datant également du XVIème siècle.

p5112925

p1243211

Château de Coutant. La tour ronde date du XIIIème siècle, c’est le dernier vestige du château-fort. Le château actuel date du XVIIIème siècle, reconstruit par François de La Combe, directeur des fortifications du Hainaut. La tour carrée du milieu date du XIXème siècle et remplace une tour ronde du XIIIème qui s’était écroulée. Il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1947.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Cour intérieure (XVIIIème siècle).

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Château Gaillard (17ème siècle), ancien manoir organisé autour d’une cour, à laquelle on accède par une tour porche abritant un pigeonnier.

Image hébergée par servimg.com

Chapelle Notre-Dame-des-Bonnes-Pensées (1813), oratoire situé à côté de la ferme du Château-Gaillard.

Image hébergée par servimg.com

Oratoire Saint Etton, près du Moulin fuchaux, implanté sur la Chaussée Brunehaut, à l’emplacement de l’ancien monastère fondé par un moine irlandais, Saint Etton, venu prêcher le christianisme en Thiérache.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Monument aux Morts et vue sur la Collégiale d’Avesnes.

Image hébergée par servimg.com

Ferme à Fuchaux

Image hébergée par servimg.com

Helpe majeure
Image hébergée par servimg.com

Verger

p8305015

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Robersart

Posté par tchiotbiloute59 le 2 août 2017

  • Entité paysagère : Basse Thiérache
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 177 hab.
  • Altitude : min : 139 m – max : 166 m
  • A voir : Église Saint-Jean-Baptiste, motte féodale, Ferme Watremez, Ferme Dubois, chapelles,…

« Village de défrichement, Robersart est en 1186 une paroisse du décanat d’Haspres, à la collation de l’abbé de Saint-André du Cateau-Cambrésis. La famille de Robersart, ancienne et célèbre, s’éteint par le mariage de Catherine de Robersart avec Sanche de Lalaing, grand bailli de Cambrai. La seigneurie passa ensuite à Philippe de Bourbon par son mariage avec Jeanne, fille de Sanche, puis à Jeanne de Bourbon qui épouse François Rolin, sieur de Beauchamp. 
En 1794, les forces coalisées établissent leur camp à Robersart avant d’investir Landrecies. En l’an XI, la commune est rattachée à Preux-au-Bois, puis érigée en succursale en 1845. 
Deux châteaux sont attestés sur le territoire de la commune : le premier était une motte en quadrilatère entourée de fossés correspondant à l’emplacement de l’actuelle église ; le second entouré de larges fossés est constitué d’une imposante tour carrée épaulée par d’épais contreforts – arasée au XVIIe siècle – dont il ne subsiste aujourd’hui que des caves et des traces des fossés. » Base Mérimée

PATRIMOINE

Eglise Saint-Jean-Baptiste, construite sur une motte féodale (XIème siècle) en 1482, reconstruite au XIXème siècle et la Ferme Watremez, construite au XVIIIème siècle, ancienne ferme du château, avec sa tour.

Image hébergée par servimg.com

Ferme Watremez, construite au XVIIIème siècle, à l’emplacement de la basse-cour de l’ancien château qui était installé sur sa motte féodale (XIème siècle), aujourd’hui occupée par l’église.

Image hébergée par servimg.com

Statue sur la Ferme

Image hébergée par servimg.com

Mairie de 1877 et Ferme Dubois de 1925, ferme-manoir construite dans le style normand.

Image hébergée par servimg.com

Chapelle Notre Dame de Lourdes.

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Raucourt-au-Bois

Posté par tchiotbiloute59 le 28 juillet 2017

  • Entité paysagère : Basse Thiérache / Mormal
  • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
  • Population : 178 hab.
  • Altitude : min : 131 m – max : 148 m
  • A voir : Chapelle, square,…
  • Particularité : Plus petite commune de l’Avesnois (1,04 km²) et 2ème du Nord

« La situation du village à proximité de la voie romaine Bavay-Vermand laisse penser que le site fut probablement occupé très tôt. Aux XVe et XVIe siècles, la seigneurie de Raucourt appartient à la famille de Landas. A la Révolution, elle est la propriété de Cordier qui, pour éponger ses dettes, vend le château et ses terres. 
Le château était érigé en face de l’actuelle mairie, mais il a disparu vers 1912. Le village, rattaché à la paroisse de Louvignies, puis à celle de d’Englefontaine à partir de 1805, ne comporte pas d’église. » Base Mérimée

PATRIMOINE

Mairie

Image hébergée par servimg.com

Chapelle de la Sainte Vierge et monument aux morts

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Petit parc boisé à l’arrière de la salle des fêtes

Image hébergée par servimg.com

Square devant la mairie, planté de l’arbre de la Liberté (1789-1989)

Image hébergée par servimg.com

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Pommereuil

Posté par tchiotbiloute59 le 23 juillet 2017

    • Entité paysagère : Basse Thiérache (Cambrésis)
    • Commune du Parc Naturel Régional de l’Avesnois
    • Population : 782 hab.
    • Altitude : min : 91 m – max : 153 m
    • A voir : Église Saint-Michel, Ferme du bois d’Evillers, Pommereuil British Cemetery, mini musée de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale, chapelles,…

Image hébergée par servimg.com

PATRIMOINE

Eglise Saint-Michel, fortifiée (XVIème siècle), rappellant les édifices fortifiés de la Thiérache. Réalisée en brique sur un haut soubassement de grès, doté de jambages et de chaînes d’angle en pierre blanche, elle est dotée de deux tourelles de part et d’autre de l’entrée.

Pommereuil pa117010

Image hébergée par servimg.com

Intérieur comprenant la grande nef et deux bas-côtés éclairés par quatre vitraux, séparés de la nef par deux rangées de trois colonnes de pierre bleue.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Abside, à pans coupés, éclairée par deux vitraux, est beaucoup plus basse que la voûte de la nef. La charpente du toit y est à nu.
Image hébergée par servimg.com

Ferme du Bois d’Evillers, avec son portail monumental, édifié à la fin du XIXe siècle avec les matériaux d’une ancienne porte des fortifications de Landrecies. Cette ferme est située dans un creux de vallée à l’emplacement du village disparu de Wasvillers. Un moulin à eau est construit à côté en 1840 et détruit en 1950.

60150410

Monument aux Morts

Image hébergée par servimg.com

Pommereuil British Cemetery. Il fut établi par la 25th Division après les combats meurtriers des 23 et 24 octobre 1918 qui aboutirent à la capture du village. Il est géré par la Commonwealth War Graves Commission.

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Entrée dans la Forêt Domaniale du Bois l’Évêque

p5221911

p5221910

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans | Pas de Commentaires »

Ferrière-la-Grande

Posté par tchiotbiloute59 le 8 juillet 2017

L’église Saint-Amand de Ferrière-la-Grande, datant du XVIème et XVIIème siècle, remaniée en 1851.

Image hébergée par servimg.com

Le Monument aux Morts devant l’église

Image hébergée par servimg.com

L’ancienne gare de Ferrière-la-Grande, datant de 1885, sur la ligne de Maubeuge à Fourmies, transformée en Relais Eco-Vélo. La ligne de chemin de fer a fermé en 1969. Un projet de train touristique est né dans les années 80 mais ne verra jamais le jour. La ligne sera transformé en voie verte en 2003 et devient un maillon de la ligne EuroVelo3 entre Paris et Moscou et sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle au départ de Trondheim (Norvège).

Image hébergée par servimg.com

La jolie pharmacie à l’architecture Avesnoise

Image hébergée par servimg.com

Le Château Miroux, demeure industrielle du XIXème siècle, à proximité de l’ancienne usine Miroux, en cours de requalification / renaturation

Image hébergée par servimg.com

Le Château Miroux au bord de la Solre, depuis le parc Sainte Philomène

Image hébergée par servimg.com

La Solre dans le Parc Sainte Philomène

Image hébergée par servimg.com

Dans le Parc, perche pour le tir à l’arc vertical par la Perche Ferrièroise. Typique du Nord, on le rencontre fréquemment en Flandre.

Image hébergée par servimg.com

La Digue, ventellerie en pierre bleue sur la Solre, dans le Parc Sainte Philomène

Image hébergée par servimg.com

Un endroit sympa dans la Vallée de la Solre, au bord de la Voie Verte… le Domaine du Faux Rieux, ses étangs de pêche et sa terrasse au bord de l’eau.

Image hébergée par servimg.com

Ferrière-la-Grande (Nord – Hauts-de-France)

© COPYRIGHT : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisations !

Publié dans - - - Ferrière-la-Grande, - - AVESNOIS, - NORD-PAS DE CALAIS, - Religieux, 3. ARCHITECTURE | Pas de Commentaires »

123456
 

l'île du diable |
Mangas |
photos sympas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photographisme
| balade
| Photos de Bretagne